publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Congo démocratique

ONU : Le Rwanda a soutenu le rebelle Mutebutsi

Les réfugiés congolais fuient le théâtre des opérations militaires.(photo : AFP)
Les réfugiés congolais fuient le théâtre des opérations militaires.
(photo : AFP)
Selon un rapport de l’ONU que s’est procuré RFI, le Rwanda a offert un « soutien direct et indirect, à la fois au Rwanda et en RDC, aux troupes rebelles de Jules Mutebutsi et Laurent Nkunda au cours de leurs opérations militaires contre les Forces Armées de la RDC ». Le document décrit une violation généralisée de l’embargo sur les armes dans l’est du pays, qui met également en cause le gouvernement congolais, qui a armé des forces hostiles à Kigali, le vice-président Jean-Pierre Bemba et l’Ouganda.
De notre correspondant à New York

Le document est accablant. Peu après les combats entre les FARDC (Forces armées de la RDC) et le colonel rebelle Jules Mutebutsi début juin à Bukavu, les experts de l’ONU se sont rendus au Rwanda, dans la région frontalière de Cyangugu, où ils « ont été les témoins directs et ont documenté le non respect par le Rwanda du régime de sanctions », écrivent-ils. « Le groupe d’experts a conclu que les violations du Rwanda comprenaient un soutien direct et indirect, à la fois au Rwanda et en RDC, aux troupes mutines de Jules Mutebutsi et Laurent Nkunda au cours de leurs opérations militaires armées contre les FARDC. Le Rwanda a aussi exercé un certain niveau de commandement et de contrôle sur les forces de Mutebutsi », poursuit le rapport de l’ONU dont RFI s’est procuré une copie. Lors de l’offensive rebelle, « certaines activités commerciales ainsi que des cibles politiques et financières à Bukavu ont été épargnées, sur ordres directs d’officiels rwandais », affirment les experts.

Le 28 juillet 2003, le Conseil de sécurité avait dans sa résolution 1493 instauré un embargo sur les armes et l’assistance militaire à tous les groupes armés qui opèrent dans les Kivu et en Ituri. Pour faire respecter cet embargo, la MONUC devait rassembler les informations à sa disposition. Le 12 mars 2004, dans sa résolution 1533, le Conseil de sécurité a renforcé le processus en demandant à Kofi Annan de nommer un groupe d’experts techniques, chargés d’enquêter sur les trafics d’armes dans la région, et de rapporter ses conclusions à un comité des sanctions, gardien de la résolution 1493. Le groupe d’enquêteurs est composé de Leon-Pascal Seudie, un expert de la police camerounais, Kathi Lynn Austin une Américaine spécialiste des trafics d’armes, Victor Dupere, un expert en transport aérien canadien, et Jean Luc Gallet un expert français des douanes. En l’espace de dix semaines, ils ont produit leur premier rapport, qui jette une lumière crue sur les violations massives et généralisées de l’embargo.

Selon ce document, le secteur rwandais de Cyangugu a servi de base arrière et de recrutement aux mutins, le Rwanda ouvrant sa frontière à deux reprises, une première fois pour permettre le regroupement des rebelles congolais, et une seconde fois pour couvrir leur retraite. « En sécurité dans son camp rwandais, Mutebutsi a informé la Monuc qui lui rendait visite qu’il ‘retournerait en RDC quand bon lui semblerait’ » préviennent les experts. « Le 8 juin, 157 hommes de Mutebutsi, dont 12 officiers, ont quitté Bukavu et ont traversé à Cyangugu en petits groupes, à un poste frontière nommé Ruzizi 1. Après avoir été recensés par le Rwanda comme réfugiés, les 12 officiers ont été installés dans le camp militaire rwandais de Ntedezi », explique le rapport. « Lors de ses multiples visites à Cyangugu, le groupe d’experts a observé que Mutebutsi n’avait pas démantelé ses troupes. Environ 300 hommes en uniforme restaient sous une structure de commandement cohérente, sous la protection des troupes rwandaises. Le groupe conclut que ces troupes restent une menace latente pour la RDC. » Des troupes qui selon les experts jouissent d’une totale liberté de mouvement et sont soutenues par le Rwanda dans leur campagne de propagande.


par Philippe  Bolopion

Article publié le 16/07/2004 Dernière mise à jour le 16/07/2004 à 11:29 TU