publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

France

Le président de la République a été hospitalisé

Jacques Chirac a été hospitalisé vendredi soir à l'hopital militaire du Val-de-grâce à Paris.(Photo : Valérie Gas/RFI)
Jacques Chirac a été hospitalisé vendredi soir à l'hopital militaire du Val-de-grâce à Paris.
(Photo : Valérie Gas/RFI)
Pour la première fois depuis son installation à l’Elysée en 1995, la santé de Jacques Chirac fait l’actualité : «Le président de la République a été hospitalisé vendredi soir à l'hôpital du Val-de-Grâce pour un petit accident vasculaire ayant entraîné un léger trouble de la vision qui devrait disparaître en quelques jours», a fait savoir l'hôpital dans un communiqué. Le Premier ministre Dominique de Villepin a confirmé cette information depuis La Baule (ouest), où il participe à l'université d'été de son parti, l'UMP. L'annonce de l'hospitalisation de Jacques Chirac a bouleversé samedi l'ordre du jour de l'université d'été de l'UMP, qui devait initialement consacrer la "complémentarité" entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy.

On ignore pour l'heure la nature exacte des troubles oculaires dont souffre le président, âgé de 72 ans, qui devrait être devrait rester hospitalisé environ une semaine, le temps d’approfondir des examens médicaux. A l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, médecin de formation, a souligné samedi que «beaucoup d'affections fort bénignes» conduisent à une hospitalisation et que le problème de santé du président Jacques Chirac pouvait aussi survenir chez des patients «jeunes». Et, au «nom des députés du groupe UMP, [Bernard Accoyer a adressé] des voeux de prompt rétablissement» au chef de l'Etat.

Lorsqu'il touche les fonctions visuelles et affecte la branche ophtalmique des artères, un accident vasculaire peut provoquer une diminution de la vision. «Ces accidents, s'ils sont pris à temps, sont sans lendemain», a expliqué le professeur Bernard Debré, estimant que l'état du président de la République nécessiterait vraisemblablement un traitement ultérieur, après examens.

«J'ai eu longuement ce matin le président de la République au téléphone»

L'annonce de l'hospitalisation du président de la République a bouleversé samedi l'ordre du jour de l'université d'été de l'UMP, qui devait initialement consacrer la «complémentarité» entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy. L'UMP souhaitait que le week-end soit l'occasion d'afficher l'unité du parti et du gouvernement, loin des éventuelles querelles sur la présidentielle, lors d’un petit match médiatique entre le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, rivaux potentiels pour la présidentielle de 2007.

En fin de matinée, alors que Nicolas Sarkozy s'était rendu devant les jeunes militants puis à une rencontre avec des syndicats de police, Dominique de Villepin a convoqué la presse pour une déclaration à son hôtel : «J'ai eu longuement ce matin le président de la République au téléphone (…) J'ai évoqué avec lui évidemment l'agenda des prochains jours et les grands dossiers en cours, en particulier la proposition d'aide, d'assistance, à nos amis américains confrontés à ce terrible drame qui a frappé le sud du pays».

Le chef de l'Etat, qui devrait subir une série d'examens, dont un scanner du cerveau, à l'hôpital militaire parisien, a annulé toutes ses activités prévues la semaine prochaine -dont une rencontre mardi avec le chancelier allemand, Gerhard Schröder, en Allemagne. Le Premier ministre a décidé d'écourter son séjour à La Baule et de partir juste après son discours samedi, tandis que Nicolas Sarkozy devrait, quant à lui, conclure les  travaux des universités d'été dimanche matin avec son grand discours de rentrée.

par Dominique  Raizon

Article publié le 03/09/2005 Dernière mise à jour le 04/09/2005 à 15:35 TU

Audio

Docteur Bernard Croisile

Neurologue à l'hopital de Lyon

«Il y a la prudence habituelle des médecins vis-à-vis d'un incident qui touche quelqqu'un d'aussi important que le président»

Nicolas Sarkozy

Président de l'UMP, ministre français de l'Intérieur

«Je voudrais vous demander mon cher Dominique d'être notre intérprète à tous ici, pour souhaiter au président de la République un prompt rétablissement.»