publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Etats-Unis / Irak

De nouvelles consignes pour les soldats américains

par  RFI

Article publié le 25/06/2008 Dernière mise à jour le 25/06/2008 à 09:17 TU

Le général David Petraeus, commandant en chef des forces américaines.(Photo : Reuters)

Le général David Petraeus, commandant en chef des forces américaines.
(Photo : Reuters)

L'armée américaine cherche à se rendre plus populaire en Irak. Dans un document publié samedi en interne et dont l'AFP a eu connaisance mardi, le général David Petraeus, commandant en chef des forces américaines en Irak, a diffusé le week-end dernier de nouvelles consignes à ses soldats.

« La chance naît d'une rencontre entre la préparation et l'opportunité ». Le dicton est signé du philosophe romain Sénèque. Et c'est désormais ce qui doit guider les soldats américains en Irak.

Anticiper, mais aussi sympathiser avec la population. Voilà quelques-unes des consignes dispensées par David Petraeus, général quatre étoiles et commandant en chef des forces d'occupation. « Patrouillez à pied, comprenez l'histoire et la culture locales, vivez au milieu des habitants », recommande-t-il à ses hommes.

La diminution, toute relative, de la violence permet depuis peu aux GI's de sortir de leurs bases où il étaient jusque là retranchés. Mais l'impopularité de l'armée américaine en fait toujours une cible de choix, comme en témoigne la mort, mardi, de quatre soldats dans un attentat à Sadr City.

Le général Petraeus conseille par ailleurs à ses troupes de faire le tri parmi les Irakiens : d'un côté les « non conciliants » qu'il faut « identifier, tuer, capturer, écarter » ; de l'autre les « conciliants » sur lesquels il faut s'appuyer, au besoin en les achetant.

« Il faut utiliser l'argent comme une arme », insiste le chef militaire en référence à une méthode qui a fait ses preuves. C'est notamment en versant un salaire - 300 dollars par mois - à d'anciens insurgés reconvertis que l'armée américaine a réussi apaiser certains foyers de violence.