publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Santé

Un nouveau traitement contre le cancer du poumon

Article publié le 25/06/2008 Dernière mise à jour le 25/06/2008 à 09:08 TU

Cuba a annoncé mardi le lancement du premier vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon, le Cimavax EGF. Une équipe médicale de La Havane l'a mis au point et assure que ses bons résultats vont permettre de le commercialiser très prochainement. Le Cimavax EGF est le fruit de seize années d'études. La recherche avait commencé en 1992 et le premier essai clinique a été réalisé en 1995.

Avec notre correspondant à La Havane, Guillaume Decamme 

Le premier essai clinique du Cimavax EGF a été réalisé en 1995. Aujourd'hui, un essai de phase III se déroule sur 579 malades dans 18 hôpitaux cubains.(Photo : AFP)

Le premier essai clinique du Cimavax EGF a été réalisé en 1995. Aujourd'hui, un essai de phase III se déroule sur 579 malades dans 18 hôpitaux cubains.
(Photo : AFP)

Pas peu fier de sa découverte, le landerneau médical cubain ! Et si  l’on en croit le centre d’immunologie moléculaire de La Havane, il y a de quoi.

Selon les scientifiques à l’origine du vaccin, le Cimavax EGF permettrait d’augmenter l’espérance de vie des patients atteints du cancer du poumon de quatre à cinq mois.

Le vaccin est thérapeutique, c'est-à-dire qu’il ne peut pas être administré de façon préventive. Il ne remplace pas non plus la chimiothérapie, mais il n’aurait en revanche aucun effet secondaire. Tout au contraire, le Cimavax EGF améliorerait la respiration et atténuerait la douleur.

Une prouesse scientifique due, selon les Cubains, à deux protéines qui s’attaquent uniquement aux cellules cancéreuses et qui ont visiblement de beaux jours devant elles. Le traitement est déjà disponible dans les hôpitaux cubains et l’une des responsables du centre d’immunologie moléculaire invite même les patients étrangers à tester le vaccin.

Il pourrait également être commercialisé au Pérou d’ici la fin de l’année. Prochaine étape : le marché européen et plus tard, qui sait, les Etats-Unis.