publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Irak

Un pacte de sang pour « résister à l’occupant »

Article publié le 16/08/2008 Dernière mise à jour le 16/08/2008 à 03:56 TU

Le leader radical chiite Moqtada Sadr demande à ses fidèles de signer un texte dans lequel ces derniers promettent de lutter contre les Etats-Unis et la pensée laïque occidentale. Cet appel intervient à la vieille d’un anniversaire : celui de la trêve annoncée l’année dernière par l'armée du Madhi. Un nouveau revirement pour Moqtada Sadr, qui souffle le chaud et le froid.
Moqtada Sadr, le chef radical chiite.(Photo AFP)

Moqtada Sadr, le chef radical chiite.
(Photo AFP)

« Mes seuls ennemis sont les occupants, je m'engage à ne pas négocier avec eux. » Moqtada Sadr demande à ses partisans de signer cette formule en s'incisant le pouce. Par ce pacte de sang, les fidèles du leader radical chiite promettent de lutter militairement et idéologiquement contre les Américains et la pensée laïque occidentale.

Cet appel intervient à la veille d'un anniversaire. Il y a un an, l'armée du Madhi annonçait une trêve unilatérale après avoir mis plusieurs fois les GI's en échec et après avoir aussi été accusée d'exactions à l'égard de la communauté sunnite.

Depuis, Moqtada Sadr souffle le chaud et le froid. Le ton belliqueux qu'il emploie aujourd'hui est en complète contradiction avec la position qu'il défendait la semaine dernière. Le leader chiite se disait prêt à dissoudre sa milice si les Etats Unis s'engageaient à quitter l'Irak dans les deux ans.

Moqtada Sadr n'en est pas à son premier revirement. Au printemps dernier, il annonçait son retrait de la vie politique pour se consacrer à la religion. Quelques semaines plus tard, il proclamait la création d'une nouvelle milice.

Le pacte de sang qu'il propose aujourd'hui est, selon ses propres termes, un appel à l'unité de tous les irakiens.