Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Afrique du Sud

Eclatement de l’ANC et recomposition politique en vue

Article publié le 10/10/2008 Dernière mise à jour le 10/10/2008 à 11:08 TU

Mercredi, l'ex-ministre de la Défense Mosiuoa Lekota, qui avait quitté le gouvernement dans le sillage du chef de l'Etat, s'est dit prêt à mettre la menace de scission à exécution.( Photo : Reuters )

Mercredi, l'ex-ministre de la Défense Mosiuoa Lekota, qui avait quitté le gouvernement dans le sillage du chef de l'Etat, s'est dit prêt à mettre la menace de scission à exécution.
( Photo : Reuters )

Le parti de Nelson Mandela va sans doute éclater. La scission n'a pas encore eu lieu, mais déjà, l'opposition parle d'alliance avec la future formation. Dans l'opposition, Helen Zille de l'Alliance démocratique, a affirmé que « la désintégration de l'ANC a  commencé ». C'est l'épilogue d'une crise qui couvait depuis la prise de contrôle de l'ANC par Jacob Zuma.

Avec notre correspondante au Cap, Clémence Petit-Perrot

La scission au sein de l’ANC n’a pas encore eu lieu, mais déjà, l’opposition parle d’alliance avec la future formation. Pour la présidente de l’Alliance démocratique, l’annonce à mots couverts de la formation d’un parti dissident par Mosiuoa Lekota confirme la désintégration du parti au pouvoir et va permettre un réalignement de la politique sud-africaine jusqu’alors quasi-dominée par le monolithe ANC.

Dans un communiqué de presse, Helen Zille a déclaré que son parti était prêt à ouvrir le dialogue dès que possible avec la faction menée par Lekota. Une déclaration qui vient faire écho à celle de Lekota qui annonçait la tenue dans les semaines à venir d’une conférence nationale pour discuter de la démocratie dans le pays, et durant laquelle la création du nouveau parti devrait être annoncée.

Helen Zille sur la future coalition politique en Afrique du Sud

Présidente de l'Alliance démocratique

« Notre parti sait fonctionner au sein d'une coalition. Nous dirigeons par exemple la ville du Cap dans un groupe de 6 partis. Et si c'est approprié, nous sommes prêts à former une coalition avec ceux qui veulent faire cesser la toute puissance de l'ANC et qui souhaitent le même futur que nous pour ce pays...»

10/10/2008 par Michel Arseneault

En guise de main tendue, Zille a affirmé que son parti était prêt à s’allier avec toutes les formations qui partagent son attachement à la Constitution afin de contrer l’ANC de Zuma lors des élections générales de 2009. Une alliance qui pourrait se révéler très dangereuse puisque l’Alliance démocratique représente environ 12 % des électeurs et que le futur parti pourrait potentiellement entraîner jusqu’à 40 % de l’électorat ANC.

Le Mouvement démocratique uni, un parti ultra-minoritaire également issu d’une scission au sein de l’ANC en 1997, a lui aussi annoncé sa volonté de collaborer avec le futur parti.