Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

France

Nouvelle profanation d'un cimetière musulman

par  RFI

Article publié le 08/12/2008 Dernière mise à jour le 08/12/2008 à 17:03 TU

Alors que les musulmans de France et d'ailleurs fêtent aujourd'hui l'Aïd el-Kebir, une importante fête de l'islam, des centaines de tombes musulmanes ont été profanées dans la nuit de dimanche à lundi dans un cimetière militaire du nord de la France, pour la troisième fois en deux ans.

Près de 500 tombes ont été profanées dans la section musulmane du cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette (nord de la France), ce lundi 08 décembre au petit matin. (Photo : Reuters)

Près de 500 tombes ont été profanées dans la section musulmane du cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette (nord de la France), ce lundi 08 décembre au petit matin.
(Photo : Reuters)


C'est la troisième profanation en deux ans. Le carré musulman du cimetière de Notre-Dame-de-Lorette, près d'Arras, dans le nord de la France, a une nouvelle fois été pris pour cible la nuit dernière. Les faits ont été découverts par des anciens combattants, tôt ce matin.

Comme les deux dernières fois, il s'agit notamment d'inscriptions injuriant l'islam, écrites sur les tombes. Et pas n'importe lesquelles, seules celles des anciens combattants musulmans, orientées vers La Mecque, ont été dégradées. Plusieurs centaines, cette fois.

Les deux premières profanations, en avril 2007 et 2008, avaient à l'époque suscité une vague d'indignation dans le pays.

Nicolas Sarkozy avait alors qualifié cet acte d'« islamophobie », et avait promis de la combattre avec la plus grande sévérité, au même titre que le racisme ou l'antisémitisme.

Aujourd'hui, le chef de l'Etat condamne la profanation intervenue la nuit dernière. Un acte que Nicolas Sarkozy interprète toujours comme « l'expression d'un racisme répugnant dirigé contre la communauté musulmane ».

Richard Ferero

Secrétaire général de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme.

« Même les morts n'ont pas le droit à la tranquillité de la part des racistes. La bêtise humaine n'a pas de limite.»

08/12/2008 par Sylvie Koffi