Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Chine / Tibet

Nouvelle attaque contre un commissariat de police

Article publié le 29/03/2009 Dernière mise à jour le 29/03/2009 à 11:21 TU

Un commissariat de police a été attaqué, dimanche, à Xining, capitale de la province du Qinghai, une région voisine du Tibet à forte population d’origine tibétaine. Deux policiers ont été blessés. Il s’agit de la deuxième attaque en huit jours contre un commissariat de police. Des incidents qui interviennent alors que la Chine célébrait samedi le 50e anniversaire de l'échec de la rébellion tibétaine contre la Chine. Une répression qui avait fait, selon les Tibétains en exil, quelque 87 000 morts entre mars et octobre 1959. Cette année, la Chine s'était assurée qu'aucune manifestation n'aurait lieu en renforçant son arsenal sécuritaire au Tibet et dans les provinces voisines.

Une patrouille chinoise en déplacement dans la province du Qinghai, le 10 mars 2009.  

		(Photo : AFP)
Une patrouille chinoise en déplacement dans la province du Qinghai, le 10 mars 2009.
(Photo : AFP)

Avec notre correspondant à Pékin
, Marc Lebeaupin

Malgré l'imposant dispositif militaire et l'isolement presque total du Tibet et des régions voisines, des incidents sont tout de même signalés régulièrement depuis plusieurs semaines. Encore une fois, c'est un commissariat qui a été attaqué dans le Qinghai, une province proche du Tibet où résident de nombreuses communautés tibétaines.

Selon les informations transmises par l'agence officielle Chine Nouvelle, le commissariat de Xining, la capitale de la province, a été attaqué tôt dimanche matin. Deux policiers ont été blessés. Une enquête a été ouverte, indique l'agence chinoise, sans donner plus de précisions. La semaine dernière, une foule en colère s'était déjà attaquée à un poste de police dans la même région. Et selon des sources officielles chinoises, une centaine de moines d'un monastère voisin auraient été arrêtés.

Ces quelques incidents montrent bien que la région n'est toujours pas pacifiée, malgré les discours officiels. Ils interviennent alors que la Chine célébrait pour la première fois hier la Journée d’émancipation des serfs, une journée destinée à marquer les 50 ans de la chute du régime féodal et la libération des paysans tibétains. A Pékin, mais aussi à Lhassa, d'importantes manifestations se sont déroulées en présence de personnalités chinoises et tibétaines pour défendre l'appartenance du Tibet à la Chine. Une opération de propagande largement relayée par la presse officielle, qui continue d'alimenter une campagne féroce à l'encontre du Dalaï Lama.