publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Marché

Napoléon or

par Marion Urban

Article publié le 03/12/2007 Dernière mise à jour le 07/12/2007 à 15:01 TU

Une écriture qui vaut de l'or.(Photo : maison des ventes Osenat)

Une écriture qui vaut de l'or.
(Photo : maison des ventes Osenat)

Un feuillet manuscrit avec les premiers paragraphes de l'unique roman de Napoléon Bonaparte, Clisson et Eugénie a atteint 24 000 euros, lors d'une vente aux enchères, organisée à Fontainebleau ce 2 décembre, jour-anniversaire du sacre de l'empereur. Le montant de la vente confirme que la passion-Napoléon est toujours bien vivante et s'étend au-delà de sa personne. Le lit de voyage en fer et repliable de l'impératrice Marie-Louise a été adjugé pour 214 800 euros et un sabre ayant appartenu au frère aîné, Joseph Bonaparte, roi d'Espagne pour 123 600 euros.

Napoléon Bonaparte venait de refuser une affectation de commandement et travaillait au service de topographie du ministère de la Guerre quand il commence à rédiger à Paris, son Clisson et Eugénie, en 1795.

« En 1795, un jeune général français d’origine corse passe quelques semaines dans une propriété enchanteresse des environs de Lyon. Déjà las d’avoir trop fait la guerre (il n’a pourtant que 26 ans), devenu mélancolique et passé de la réflexion à la rêverie, il s’éprend dans une ville d’eau de la jeune Eugénie (15 ans), leur union n’est qu’une succession ininterrompue de bonheurs… » C’est en ces termes que débute la présentation du roman Clisson et Eugénie de Napoléon Bonaparte, dans sa dernière édition d’août 2007 (éditions Fayard). Les spécialistes de l’Empire auront reconnu les protagonistes, Napoléon et son ex-maîtresse Désirée-Eugénie Clary, dans les personnages de fiction.

Depuis 1998, le 1er décembre, les passionnés de Napoléon rejouent des épisodes de la victoire d'Austerlitz (Slavkov) en République tchèque.(Photo : AFP)

Depuis 1998, le 1er décembre, les passionnés de Napoléon rejouent des épisodes de la victoire d'Austerlitz (Slavkov) en République tchèque.
(Photo : AFP)

Le roman s’achève dans des batailles, salvatrices pour le cœur blessé de Clisson. Dans la réalité, le jeune général Napoléon a quitté Désirée et est tombé amoureux de Joséphine de Beauharnais. Le roman sera publié une première fois en 1920, dans l'hebdomadaire L'illustration.

Le feuillet manuscrit, vendu ce dimanche par la maison Osenat à Fontainebleau, était la propriété d'un financier américain d'origine suisse et anglaise, mort en juillet 1953.

André de Coppet avait réuni dans les années 1920-1930 l'une des plus importantes collections d'autographes de l'Empire. Il possèdait quelques 300 lettres de Napoléon Bonaparte.

Du manuscrit Clisson et Eugénie, quatre fragments subsistent dans des collections publiques en Russie, Pologne et aux États-Unis et deux dans des collections privées. On ne connaît pas l'identité de l'acheteur de cette vente du 2 décembre 2007.

Le culte de l'Empereur

2004, l'année du bicentennaire du sacre de Napoléon 1er, a été une année plus que florissante pour tous les marchands d'art qui savent profiter des dates du mythe napoléonien.

La vaisselle, l'argenterie, les bijoux, les coffrets, les vêtements, les documents écrits de l'Empereur, de sa famille et de ses officiers ont trouvé preneurs parmi les collectionneurs mais aussi les investisseurs. Napoléon Bonaparte est en effet une valeur sûre dans le monde de l'art. 

Russes, Américains, Japonais, Anglais et Français se répartissent les achats des reliques napoléoniennes.

Napoléon Bonaparte dans le texte

► 16 euros pour la reproduction d'un extrait du testament de Napoléon 1er, dans les boutiques d'Ajaccio, en Corse.

► 20 000 euros pour une lettre d'amour de Napoléon Bonaparte adressée à Joséphine de Beauharnais, quelques jours après son mariage en 1796.

► 409 000 euros pour le même type de lettre mais AVANT le mariage.

► 55 000 euros pour la lettre du Duc de Bassano annonçant à Joséphine de Beauharnais la décision de divorcer de Napoléon Bonaparte.

► 250 000 euros pour les 40 pages de mémoires dictés au maréchal Bertrand, aux généraux Montholon et Gourgaud.

►132 779 euros pour le brouillon de testament de Napoléon 1er.