publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

France/ Multimédia

La liberté informatique : un succès !

par Agnès Rougier

Article publié le 08/07/2008 Dernière mise à jour le 14/07/2008 à 09:01 TU

(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

L’organisation attendait 3 000 personnes mais c’est un millier de plus de visiteurs qui a participé aux diverses tables-rondes, conférences et install-parties organisées à l’occasion des 9èmes rencontres mondiales du Logiciel libre (RMLL), à Mont-de-Marsan dans les Landes (Sud-Ouest), entre le 1er et le 5 juillet.

« Liberté, égalité et fraternité », c’est la vision de l’informatique portée depuis 1983 par Richard Stallman, le père du logiciel libre. Et, au vu des multiples projets présentés aux RMLL, le message a été entendu : le partage et la mise en commun des informations et des technologies sont au centre des innovations de l’informatique libre.

Richard Stallman, le gourou du logiciel libre.(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Richard Stallman, le gourou du logiciel libre.
(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Stallman : Le gourou du libre, toujours sur la brèche

Richard Stallman est resté d’un bout à l’autre des rencontres, multipliant conférences, coups de gueule et autres interventions. Depuis 25 ans, ce chercheur en informatique a quitté le Massachussetts Institute of

Technology (MIT) pour promouvoir une autre idée de l’informatique, celle du logiciel libre.

Dès 1983, Richard Stallman écrit le premier operating-system libre à partir du système Unix : GNU - acronyme inversé de Gnu is Not Unix -un système ouvert qui permet à l’utilisateur d’y avoir accès librement pour le modifier ou le partager avec d’autres utilisateurs, en opposition avec les systèmes propriétaires comme Unix, Microsoft-Windows ou MAC-OS.

En 1991, l’informaticien finlandais Linus Torvalds écrit le noyau Linux et le système est ainsi complet, permettant d’installer GNU sur n’importe quel PC.

En 2008, Richard Stallman prêche toujours, avec succès, la liberté du logiciel à travers le monde. Il polémique sur les dérives inéluctables dues au succès du libre… et vend des Gnus en peluche pour soutenir la Free Software Foundation (FSF), dont il est le président bénévole.

25 ans plus tard : une communauté en ébullition

Les Geeks à l'oeuvre.(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Les Geeks à l'oeuvre.
(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

La participation a dépassé les espérances des organisateurs, dans la petite ville landaise de Mont-de-Marsan qui c

ompte quelque 30 000 habitants.  « On est heureux de détenir le record de fréquentation, plus de 4000 personnes sur 5 jours (…) avec 40 pays inscrits », s'est réjoui  Jean-Christophe Elineau, organisateur. 

Les projets innovants ont foisonné, les points de vue se discutaient ferme, et qu’elles se tiennent à l’IUT, à la Chambre de Commerce et d’Industrie ou en plein air dans un parc, les conférences ont toutes affiché « complet ».

Il était fascinant de voir avec quelle rapidité ces geeks (« fêlés d’informatique»), allumaient leurs ordinateurs portables si tôt qu'ils se posaient plus de 5 minutes au même endroit !

Des logiciels libres pour tous…

Un atelier présentait SPIP, le système libre de publication pour l’internet, aujourd’hui traduit dans 70 langues grâce à une vaste communauté d’utilisateurs et de programmeurs dans le monde entier.

Le mini ordinateur de Janina Sajka.(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Le mini ordinateur de Janina Sajka.
(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Au 1er étage de l’IUT, un autre s’intéressait aux besoins des handicapés, avec la présence chaleureuse de l’américaine Janina Sajka, de la linux foundation : « depuis que je suis aveugle, la seule chose à faire pour continuer à utiliser les applications informatiques dont j’ai besoin, c’est mendier auprès des sociétés d’informatique propriétaire pour qu’elles prennent en compte mon problème. Dans le monde du logiciel libre, je ne mendie pas, je discute avec les développeurs, j’explique de quoi j’ai besoin, et on travaille ensemble (…) Je crois en la démocratie de la technologie comme de la politique. »

Et dans le parc de l’IUT, monté sous une tente, se tenait le village des association, avec notamment Coopération Linux, qui, depuis 2 ans, installe des ordinateurs de récupération dans les écoles marocaines, et forme les enfants et les parents aux logiciels libres ; ou encore France Wireless, qui créée des réseaux WiFi dans les endroits enclavés dont se désintéressent les opérateur téléphoniques.

… et même un téléphone, une caméra, un scooter !

L’apparition du mouvement open hardware qui crée du matériel sous licence libre, est probablement l’une des plus intéressantes nouveautés.

L'Openmoko.(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

L'Openmoko.
(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

D’abord, le 1er téléphone libre nous a été présenté : l’OpenMoko, fabriqué à Taiwan, par une société qui a décidé de mettre dans le domaine public les plans de ce « téléphone », qui est en réalité un ordinateur complet sous GNU-linux. Outre le fait qu'il permette de téléphoner, l’OpenMoko, peut servir de PDA pour prendre des commandes au restaurant, ou il peut faire de la géolocalisation pour les personnes âgées atteintes d’Alzheimer, via le module GPS interne, et bien sûr, on peut modifier intégralement l’affichage suivant les besoins (mal-voyants etc…).

Les téléphones qui avaient été commandés par la société Bearstech pour la France ont tous été pré-vendus aux geeks de la communauté libre, sur qui OpenMoko compte pour développer les applications et corriger les bugs ! 

Toutes les conférences des RMLL ont été filmées par une caméra numérique réseau, créée sous licence libre par un ingénieur russe, Andrei Filippov, et dont on peut trouver les plans et les logiciels sur le wiki du projet.

Le Scootux et son inventeur.(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Le Scootux et son inventeur.
(Photo : Agnès Rougier/ RFI)

Enfin, était exposé le premier scooter libre à air comprimé, le scootux (du nom de la mascotte de Linux : Tux, « le manchot »), créé par l’inventeur Edouard Mascaron, qui est probablement promis à un bel avenir en ces temps de d’effet de serre galopant ! )

Logiciel Libre : l’avenir solidaire de l’informatique

C’est clair, le libre est plein essor, et l’annonce faite juste avant le début des RMLL, du passage complet de l’administration locale landaise aux logiciels libres, en est le témoin.

Reste à suivre maintenant les évolutions des projets… et à écrire nous mêmes du code ! Prochainement, les rencontres mondiales se tiendront à Nantes, une ville à la forte mobilisation associative, qui saura, sans aucun doute, accueillir la foule des geeks et autres fêlés de l’informatique http://bearstech.com/

Un logiciel libre dispose des 4 libertés :

1) d’utiliser le logiciel sans restriction,

2) d'étudier le logiciel,

3) de le modifier pour l'adapter à ses besoins,

4) de le redistribuer sous certaines conditions précises.

 

L’un des crédos de l’informatique libre est l’interopérabilité : les spécifications techniques des formats de données sont publiques, sans restriction d’accès ni de mise en œuvre, afin que l’utilisateur ne dépende pas d’un seul logiciel.

 

Les licences :

 

Le logiciel libre s’oppose aux brevets logiciels proposés par les créateurs de systèmes propriétaires.

Richard Stallman est à l’origine de la licence GPL (Gnu Public License), basée sur le principe du copyleft (détournement du « copyright » américain), c'est-à-dire de réciprocité : une œuvre dérivée d'un logiciel sous copyleft doit à son tour être libre.

 

Lors des 9èmes RMLL, R. Stallman a présenté la GPL-v3, adaptée aux nouvelles évolutions du monde informatique

 

http://www.gnu.org/licenses/gpl-3.0.html

 

Mais il existe aujourd’hui de nombreuses licences adaptées aux différents cas, par exemple, la licence creative commons, qui concerne les œuvres sonores ou écrites.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikimedia_Commons

Pour en savoir plus :

-          Perline, Thierry Noisette, La Bataille du logiciel libre. Dix clés pour comprendre, éditions La Découverte, coll. « Sur le vif », 2004, réédition augmentée 2006

-          Cause commune de Philippe Aigrain , 2005, éditions Fayard

-          Enjeux des logiciels libres face à la privatisation de la connaissance de Frédéric Couchet  et Benoît Sibaud, dans Les Télécommunications, entre bien public et marchandise, 2005, éditions Charles Léopold Mayer

-          The success of open source, Steven Weber , 2006 Harvard University Press

-          Il était une fois Linux. L'extraordinaire histoire d'une révolution accidentelle. Linus Torvalds , David Diamond. 2001, éditions Osman Eyrolles Multimédia

-            http://www.stallman.org

-            http://www.fsf.org

-            http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre

-            http://fr.wikipedia.org/wiki/Free_Software_Song

-            http://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.html

-            http://fr.wikipedia.org/wiki/Linux

-            http://www.linux-france.org

-            http://www.april.org

-            http://www.spip.net