Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Institution

Les mathématiques françaises au sommet

par Guillaume Finix

Article publié le 14/05/2009 Dernière mise à jour le 14/05/2009 à 13:33 TU

Employant pas moins de mille chercheurs, la Fondation sciences mathématiques (FSMP) ne se targue pas uniquement d’être la plus forte concentration de mathématiciens au monde. Elle brille également par son niveau d’excellence, de nombreuses récompenses distinctions nationales et internationales.

La FSMP regroupe six institutions membres : le CNRS, l’Ecole normale supérieure, université Paris-Diderot, université Pierre-et-Marie-Curie, université Paris-Dauphine et le Collège de France. Elle constitue, avec ses neuf laboratoires parisiens et 1000 employés, le plus grand rassemblement de mathématiciens au monde, qui s’intéressent à l’intégralité des mathématiques pures et appliquées, ainsi qu’à l’informatique fondamentale.

FSMP = Mathématiciens français ...

La Fondation s’affaire au niveau national en finançant à la fois des formations à l’Institut Henri Poincaré (IHP) destinées à des mathématiciens provinciaux ainsi que des séjours de doctorants en province.

Créée en 2006 avec la volonté de promouvoir les laboratoires mathématiques parisiens à l’échelle nationale et mondiale, la FSMP fédéra les chercheurs de la capitale. A titre d’exemple, Laure Saint-Raymond a été récompensée pour avoir mis les maths au service d’une meilleure compréhension des phénomènes climatiques complexes de la zone équatoriale ; Josselin Garnier, quant à lui, le fut pour ses travaux appliqués à la sismologie, qui lui ont permis de cartographier le sous-sol californien. Les mathématiques permettent d’appréhender notre environnement, raison pour laquelle la Fondation a décidé d’assurer les collaborations entre les chercheurs et les mondes économique et industriel.

Concurrence « en embuscade » à Pékin ou Bombay

Toutefois, la prééminence de La Fondation et de Paris dans le domaine des maths est précaire : « D’autres villes dans le monde sont en embuscade, telles que Pékin ou Bombay, dont le nombre de mathématiciens est en constante augmentation », estime Jean-Yves Chemin et, la FSMP est réellement menacée. Face à la concurrence, elle multiplie les efforts pour attirer l’élite mondiale des mathématiciens.

Attirer les mathématiciens étrangers

Une chaire d’excellence internationale vient d’être créée, à laquelle  s’ajoute l’accueil de quinze postdoctorants étrangers chaque année -le prix de la Fondation permettant de recevoir pendant un an un jeune mathématicien prometteur et les invitations à Paris des plus grands mathématiciens pour des séjours de deux à trois mois. La Paris Graduate School of Mathematical Sciences désigne un programme de bourses de masters et de thèses destiné aux étudiants étrangers. Le contexte n’est cependant pas favorable à une telle mission : la chute du nombre d’étudiant devient alarmante.

Pour en savoir plus :

Consulter les sites

- de la FSMP, un réseau unique dans l'univers des mathématiques

- des laboratoires de mathématiques du CNRS