Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Antarctique

Tous les membres de l'Explorer sains et saufs

Article publié le 24/11/2007 Dernière mise à jour le 24/11/2007 à 03:43 TU

L<em>'Explore</em>r couché dans les glaces. C'était le premier navire de croisière spécialement conçu pour voyager au sud du cercle polaire antarctique.( Photo : AFP )

L'Explorer couché dans les glaces. C'était le premier navire de croisière spécialement conçu pour voyager au sud du cercle polaire antarctique.
( Photo : AFP )

Plus de peur que de mal, pour les passagers de l'Explorer, ce bateau de croisière entré en collision vendredi avec un iceberg, au large des côtes chiliennes, dans les eaux de l'Antarctique. Les 154 passagers, dont une centaine de touristes, ont pu être évacués sur des bateaux de sauvetage avant d'être recueillis sur un navire norvégien, qui se trouvait dans la zone.

Avec notre correspondante au Chili, Claire Martin

Sains et saufs ! Les 154 rescapés du naufrage de l'Explorer ont eu de la chance.

Leur bateau de croisière a percuté un iceberg en Antarctique, près des îles Shetland.  

Carte de l'Antarctique.(Carte : Nicolas Catonné / RFI)

Carte de l'Antarctique.
(Carte : Nicolas Catonné / RFI)

La coque percée, le bateau s'est couché ; et les passagers ont dû quitter le navire à bord de canots de sauvetage.

Personne n'a paniqué, souligne une Argentine, membre de l'équipage, dans une interview au quotidien argentin, El Clarin. Ils ont attendu plus de 4 heures, mouillés par les vagues, balayés par les vents, certains en légère hypothermie, d'autres choqués, mais aucun n'étant blessé.

Un bateau norvégien, le Nordnorge qui naviguait dans la zone, alerté, est alors venu les secourir et les a débarqués dans les bases militaires chilienne Eduardo Frei et uruguayenne Artigas, dans l'attente d'un transfert à Punta Arenas, la ville la plus au sud du Chili, ce samedi normalement.

Selon le porte-parole du gouvernement chilien, l'Explorer en coulant pourrait déverser des substances polluantes. Il sera difficile de les limiter, la zone étant très dangereuse, a souligné la ministre de l'Environnement.