Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Espagne

Rentrée morose pour le chef du gouvernement espagnol

par Béatrice Leveillé

Article publié le 09/09/2009 Dernière mise à jour le 09/09/2009 à 15:52 TU

Le Premier ministre espagnol José Luis Zapatero à la tribune de l'Assemblée nationale à Madrid, le 9 septembre 2009.(Photo : Reuters)

Le Premier ministre espagnol José Luis Zapatero à la tribune de l'Assemblée nationale à Madrid, le 9 septembre 2009.
(Photo : Reuters)

Recrudescence du terrorisme avec une série d’attentats meurtriers de l’ETA cet été, résultats mitigés aux élections régionales en Galice et au Pays basque, défaite aux élections européennes de juin où le PSOE est passé derrière le parti conservateur, une crise économique qui s’installe et enfin un taux de chômage qui pourrait atteindre les 20%... Dans un tel contexte, José Luis Rodriguez Zapatero, plutôt que de convaincre et de rassurer les parlementaires, a préféré les surprendre.
Contre toute attente, le chef du gouvernement espagnol a annoncé une hausse d’impôts lors de cette session plénière du Congrès des députés consacrée à la crise économique. L’hypothèse avait été évoquée à plusieurs reprises mais écartée parce qu’elle avait suscité une levée de boucliers dans les milieux économiques, politiques et dans les médias. Jusqu’à présent, les socialistes avaient fait de la baisse des impôts leur philosophie mais face à un véritable emballement du déficit budgétaire José Luis Rodriguez Zapatero change de cap.

Sur les sept premiers mois de l'année, le déficit s’élève à 49,68 milliards d'euros, cinq fois plus que l’an dernier. Il pourrait atteindre 9,5% en 2009. Plus de trois fois la limite établie par le pacte de stabilité européen (3% du PIB). Pour le chef du gouvernement espagnol la pression fiscale en Espagne restera « inférieure à la moyenne européenne ». En deçà, en tous cas, de son niveau lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 2004. Les impôts augmenteront, en 2010, à hauteur de 1,5% du produit intérieur brut (PIB). Un budget d’austérité accompagnera cette mesure avec une baisse des dépenses de 4,5% par rapport à 2009.

L'opposition de droite, bien que favorable à une réduction des dépenses publiques, se dit opposée à cette hausse de la pression fiscale. Le chef des conservateurs Mariano Rajoy la juge contreproductive en pleine récession.

Le gouvernement espagnol n’a plus beaucoup de marge de manœuvre. José Luis Rodriguez Zapatero a du mal à démontrer que son plan de relance accélère la reprise de l’économie. Il a dépensé près de 25 milliards d’euros en encourageant les municipalités à se lancer dans des travaux publics avec un fonds pour les entités locales, de 8 milliards d'euros, presque aussi important que le fonds pour la dynamisation de l'économie et l'emploi, de 11 milliards d'euros auxquels s’ajoutent des crédits pour la rénovation des logements et des infrastructures hôtelières.

Ce plan a surtout un impact visuel : pelleteuses, chaussées éventrées, centres-villes en travaux. Mais les chiffres sont têtus : l’économie ne repart pas et le chômage ne recule pas, au contraire. Le produit intérieur brut espagnol affichera une contraction d'environ 4% cette année et devrait encore se réduire en 2010. Le taux de chômage en Espagne ne cesse d’augmenter, au deuxième trimestre, 4,137 millions de personnes se trouvaient au chômage, soit 17,92% de la population active. La barre des 20% pourrait être passée avant la fin de l’année.

La Banque d'Espagne, à l’unisson avec le patronat et les milieux d’affaires, réclamait une réduction du coût du travail et une simplification de la législation. Pour ne pas se mettre à dos les syndicats, le gouvernement a choisi de ne pas agir. Les Espagnols ne lui en tiennent pas rigueur. La cote des socialistes ne s’est pas effondrée. Ils n’ont perdu que quatre points depuis le début de la crise. Une crise qui affecte, pour l’instant, avant tout les travailleurs du bâtiment, pour la plupart immigrés et mal payés.

La classe moyenne n’a pas vraiment réduit ses dépenses et les retraités et les fonctionnaires soutiennent massivement le gouvernement. Les prochaines élections législatives ne sont prévues qu’en 2012, ce qui peut expliquer l’attentisme du gouvernement espagnol qui semble espérer une reprise mondiale de l’économie.