Rechercher

/ languages

Choisir langue
 

Maroc / Terrorisme

Une nouvelle filière de recrutement de terroristes démantelée

par  RFI

Article publié le 24/09/2009 Dernière mise à jour le 24/09/2009 à 19:33 TU

En février 2008, 33 personnes, dont le kamikaze Hicham Doukkali, ont été arrêtées suite à des attentats ayant touché le Maroc.(Photo: AFP)

En février 2008, 33 personnes, dont le kamikaze Hicham Doukkali, ont été arrêtées suite à des attentats ayant touché le Maroc.
(Photo: AFP)

L'information a été donnée par les autorités marocaines ce mercredi. Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, les services de sécurité auraient arrêté 24 personnes, dans le nord du pays, notamment à Tanger. Ce réseau recrutait des combattants pour des opérations suicide en Somalie, en Afghanistan, et en Irak, en coordination avec des hommes basés en Europe et dans la zone syro-irakienne. Selon nos informations, les personnes arrêtées seraient des jeunes, issus de milieux modestes.

Les présumés terroristes ont entre 18 et 26 ans. Ils sont originaires pour la plupart de Tanger selon une source proche des services de sécurité. Ils appartiendraient à un réseau qui aurait envoyé déjà 18 personnes en Irak, dont un ingénieur en informatique, avec pour objectif de mener des opérations kamikazes.

D'autres futures recrues étaient destinées à partir en Somalie et en Afghanistan pour y mener la guérilla. Selon le communiqué rendu public par le ministère de l'Intérieur, des attaques d'envergure étaient aussi planifiées au Maroc.

Les suspects seraient issus de milieux modestes d'après l'association Annassir. Cette structure qui vient en aide aux prisonniers islamistes a été saisie par leurs familles il y a deux semaines. Signe que les arrestations remonteraient à plusieurs jours déjà.

Le démantèlement de cette filière ne surprend pas le politologue Mohamed Darif. Al- Qaïda n'a jamais cessé de recruter au Maghreb. « Ce dont on parle, ce n'est que le sommet de l'iceberg », explique t-il. Selon lui, une soixantaine de cellules auraient été démantelées dans le royaume chérifien depuis 2002-2003. Et la plupart étaient dirigées par des Européens d'origine maghrébine.

Mohamed Darif, politologue

« La majorité des cellules démantelées ici sont dirigées par des Européens d'origine marocaine...»

24/09/2009 par Sarah Tisseyre