publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Défense

Les dépenses militaires mondiales augmentent

Soldat américain à Bagdad 

		(Photo : AFP)
Soldat américain à Bagdad
(Photo : AFP)
Les dépenses militaires ont atteint 1 204 milliards de dollars dans le monde en 2006, un chiffre en hausse de 37% en dix ans. Les Etats-Unis ont dépensé à eux seuls 46% de ce montant. C’est ce que révèle le rapport annuel de l’Institut international de recherche pour la paix à Stockholm (SIPRI), publié lundi 8 juin. Cette tendance haussière ne devrait pas s'inverser à court terme.

En 2006, les dépenses militaires dans le monde ont atteint 1 204 milliards dans le monde, en hausse de 3,5% par rapport à 2005, rapporte l’Institut international de recherche pour la paix à Stockholm (SIPRI). Depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001, la hausse est continue. Sur ces 1 204 milliards de dollars, 46% des dépenses sont le fait des Etats-Unis, loin devant tout les autres pays. Les dépenses militaires américaines se sont élevées à 528 milliards de dollars.

Selon le rapport du SIPRI, l’augmentation du budget militaire américain est largement le fait de la politique menée par Washington depuis 2001, notamment les guerres en Irak et en Afghanistan, mais également les opérations liées à la sécurité sur le territoire national. Derrière les Etats-Unis, arrivent la Grande-Bretagne, la France, la Chine et le Japon, qui ont chacun dépensé une cinquantaine de milliards de dollars en 2006.

Une hausse qui profite aux fabricants d’armes

Le comparatif par région montre que c’est en Europe de l’Est que les dépenses ont connu la plus forte croissance en 2006 (+12%), en raison de l’augmentation des dépenses militaires russes (34,7 milliards de dollars). Comme l’explique le rapport annuel du SIPRI, depuis dix ans, les dépenses de la Russie ont augmenté de 155%. Avec les Etats-Unis, la  Russie est ainsi l’un des premiers fournisseurs d’armes au monde. La Chine et l’Inde sont les deux premiers destinataires de ces armes. Par ailleurs, ce comparatif par région montre que les dépenses militaires ont reculé en Europe de l’Ouest ainsi qu’en Amérique centrale.

Toujours selon ce rapport, l’inventaire des forces nucléaires montre qu’il existait plus de 26 000 têtes nucléaires au début de l’année 2007 à travers le monde. Elles sont présentes aux Etats-Unis, en Russie, en France, au Royaume-Uni et en Chine… Même si la tendance est à la diminution du nombre de ces armes, les cinq pays prévoient une modernisation de leurs arsenaux.

Cette hausse des dépenses a profité largement à l’industrie de l’armement. Les 100 principaux fabricants dans le monde ont ainsi engrangé 290 milliards de dollars en 2005, les Etats-Unis en tête. En effet, 40 fabricants américains ont réalisé 63% des ventes, tandis que 32 fabricants européens se partagent 29% du montant des ventes de 2005. Quatre sociétés américaines ont ainsi vu leurs ventes grimper de plus d’un milliard de dollars en 2005 : L-3 Communications, Raytheon, Northop Grumman et General Dynamics.

Et cette tendance haussière ne devrait pas s’inverser à court terme. Là encore, les experts du SIPRI estiment qu’ «il y aura peu de chances de voir baisser les dépenses militaires mondiales tant que le pays au monde qui dépense le plus dans le secteur militaire est en guerre». Les experts du SIPRI observent également que la raréfaction attendue du pétrole et du gaz pourrait créer de nouveaux conflits : «les régions riches en ressources énergétiques, pas seulement le Proche-Orient, mais aussi l’Afrique, l’Asie Centrale, l’Amérique du Sud et l’Asie du Sud-Est seront potentiellement des zones de conflit dans les décennies à venir », note le rapport. Différents facteurs expliquent cette inquiétude : croissance toujours plus forte de la demande mondiale, hausse des prix du pétrole, dépendance accrue des importations et perspective de pénurie de pétrole et de gaz. Toujours selon le rapport, les risques sont accrus par d’autres facteurs allant des attaques terroristes contre des infrastructures énergétiques aux ouragans dans le Golfe du Mexique.



par Myriam  Berber

Article publié le 11/06/2007 Dernière mise à jour le 11/06/2007 à 15:47 TU