publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

France / Politique

Le Nouveau parti anticapitaliste, c'est parti

par  RFI

Article publié le 30/06/2008 Dernière mise à jour le 30/06/2008 à 15:06 TU

Olivier Besancenot avec deux militants, lors de la 1ère Coordination nationale du Nouveau parti anticapitaliste(Photo : AFP)

Olivier Besancenot avec deux militants, lors de la 1ère Coordination nationale du Nouveau parti anticapitaliste
(Photo : AFP)

Huit cents délégués de la Ligue communiste révolutionnaire ont mis la dernière main dimanche au Nouveau parti anticapitaliste, qui sera La vraie opposition au gouvernement Sarkozy, a prédit le porte-parole de la LCR Olivier Besancenot, ancien candidat à la présidentielle qui jouit d'une certaine cote dans les sondages. De quoi inquiéter le Parti socialiste, dépassé sur sa gauche en pleine préparation de son congrès.

Mais qui incarnera donc la meilleure opposition au pouvoir de Nicolas Sarkozy ? Entre la gauche et l'extrême gauche, la lutte est désormais engagée, chacune faisant valoir son statut de « meilleur opposant ».

A commencer par le favori des sondages en terme d'opposition, le porte-parole de la LCR Olivier Besancenot, qui a ainsi entamé la transformation du mouvement trotskiste en « Nouveau parti anticapitaliste ». L'objectif est de capter « tous les mouvements de la gauche de la gauche », et le moment lui semble propice, alors que le Parti communiste peine à exister et que le Parti socialiste est toujours empêtré dans ses divisions.

Message reçu en tout cas 5/5 au PS, notamment par l'ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal, qui présentait samedi sa contribution au Congrès de Reims, et qui en a profité pour lancer sa propre bataille contre « le clan Sarkozy ». Le PS de son côté a renvoyé Besancenot à ses responsabilités, en critiquant son refus « d'assumer le pouvoir » et en dénonçant également le risque qu'il fasse le jeu de la droite.

Signe néanmoins d'une inquiétude certaine rue de Solférino, les socialistes ont mis sur pied un groupe d'anciens trotskistes passés au PS pour suivre de près la création du futur parti anticapitaliste.

Enfin, la mise sur les rails du NPA est aussi du pain bénit pour la majorité, le nouveau parti taillant des croupières aux socialistes :

Jean-François Copé

Président du groupe UMP à l'Assemblée nationale

« Au lieu de concentrer ses tirs sur Nicolas Sarkozy, Mme Royal ferait mieux de nous dire ce qu'elle compte faire avec Olivier Besancenot...»

Le NPA, mode d'emploi

Extrait des propos d'Olivier Besancenot ce dimanche, lors du rassemblement de la LCR à La Plaine Saint-Denis :

- Le NPA veut construire « une gauche de combat anticapitaliste, internationaliste, antiraciste, écologiste, féministe, révoltée par toutes les discriminations »

- « La marque de fabrique du nouveau parti est sa totale indépendance vis-à-vis du PS »

- « Il n'y aura pas de président, ni de secrétaire général, ce n'est pas le genre de la maison,  il y aura une direction collégiale avec des porte-paroles...»

NPA est une dénomination provisoire pour le nouveau parti, dont le  nom sera choisi lors de son congrès de fondation en janvier 2009, par un vote des militants.