publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Sénégal

Discours de Dakar en 2007 : Sarkozy a été « victime de son nègre »

Article publié le 18/09/2008 Dernière mise à jour le 18/09/2008 à 05:00 TU

« <i>Ne nous trompons pas d'adversaire,</i> a affirmé Abdoulaye Wade. <i>Nicolas Sarkozy est un ami de l'Afrique.&nbsp;</i>» (Photo: AFP)

« Ne nous trompons pas d'adversaire, a affirmé Abdoulaye Wade. Nicolas Sarkozy est un ami de l'Afrique. »
(Photo: AFP)

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a répondu mercredi au discours controversé de Nicolas Sarkozy, prononcé en juillet 2007 à Dakar, estimant « qu’il arrivait qu’un président  soit victime de son ‘nègre’. » Le chef de l’Etat français avait suscité une vive émotion à l’occasion de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, en évoquant notamment « le drame de l’Afrique, qui est que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. »

Avec notre correspondant à Dakar, Laurent Correau

Dans le discours qu’il a prononcé hier au théâtre Sorano, le président sénégalais a d’abord voulu mettre à l’abri des critiques son homologue français, Nicolas Sarkozy. « Ne nous trompons pas d'adversaire, a demandé Abdoulaye Wade. Nicolas Sarkozy est un ami de l'Afrique. » « On se connaît chaque jour un peu mieux » a même précisé le chef de l’Etat.

Non, le responsable, pour Abdoulaye Wade, c’est Henri Guaino, le conseiller qui a rédigé le discours de Dakar. « Il arrive qu'un président soit victime de son ‘nègre’ » a ainsi estimé le chef de l’Etat.

Le colloque sur les tirailleurs sénégalais qui s’est ouvert hier a fourni à Abdoulaye Wade un argument de poids. « Si M. Guaino avait participé à ce colloque, a-t-il lancé, il aurait vu que le Noir s'est bien installé dans l'Histoire, depuis ce jour du 21 juillet 1857 », le jour où fut créé le premier régiment de tirailleurs sénégalais. Des soldats qui ont largement contribué à la victoire du monde libre pendant la deuxième guerre mondiale.

« Nous étions là chaque fois que la liberté a été menacée, a ajouté le président Wade. Nous avons toujours payé notre tribut. Peut-on mieux être installé dans l'Histoire ? »

Dans cette réponse au discours de Dakar, Abdoulaye Wade a également rappelé la contribution de l’Homme noir aux grandes inventions, dès l’aube de l’humanité, avec l’agriculture, la poterie et la métallurgie, mais aussi à l’ère contemporaine.