publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Tunisie / Elections

Un candidat à la présidentielle dénonce des entraves

par  RFI

Article publié le 21/10/2009 Dernière mise à jour le 21/10/2009 à 11:26 TU

A quelques jours des scrutins présidentiel et législatif de dimanche 25 octobre, Ahmed Brahim, candidat du parti tunisien Ettajdid (Renouveau, légal) à la présidentielle, a accusé mardi le pouvoir d'entraver sa campagne et demandé un débat contradictoire à la télévision. Le président Ben Ali, 73 ans, est candidat à sa propre succession pour un cinquième quinquennat.

Affichage de campagne dans la capitale(Photo : RFI)

Affichage de campagne dans la capitale
(Photo : RFI)

 
Les premiers jours de campagne ont été difficiles pour le candidat d’opposition, Ahmed Brahim. Aujourd’hui, ça va mieux, dit-il, même s’il dénonce toujours, d’une voix virulente et fatiguée, l’absence de neutralité dans les médias.

« J’invite à chaque fois la télévision et j’invite aussi les journaux, explique Ahmed Brahim. Et je ne vois pas sur la presse le reflet minimal de mes activités. J’invite la télévision, elle ne vient pas. Mais, elle passe d’autres activités d’autres partis. Idem pour les journaux officiels. La presse est la propriété du gouvernement, et donc de l’Etat et donc, j’y ai droit autant que n’importe qui au parti au pouvoir. »

A gauche le candidat d'opposition du parti Ettajdid Ahmed Brahim et à ses côtés Mustapha Benjaafar, dont la candidature a été invalidée. Mardi, il a réaffirmé à l'occasion d'une conférence de presse son soutien à Brahim.(Photo : RFI)

A gauche le candidat d'opposition du parti Ettajdid Ahmed Brahim et à ses côtés Mustapha Benjaafar, dont la candidature a été invalidée. Mardi, il a réaffirmé à l'occasion d'une conférence de presse son soutien à Brahim.
(Photo : RFI)

 
Assis sous le portrait du président Ben Ali, en costume clair et cravate rouge, Abdelwaheb Béhi, le président de l’Observatoire national des élections mis en place par le chef de l’Etat, relativise.

« Ça va de soi qu’il y a des entraves, concède Abdelwaheb Béhi. Mais partout dans le monde, il y a des entraves. Qu’est-ce qu’on entend par entraves ? C'est-à-dire, ça va de soi qu’il y a des problèmes. Mais, ce qui est sûr c’est que l’Observatoire a été en contact avec tous les partis, avec toutes les listes et on a facilité la tâche de toutes les parties intervenantes dans la scène électorale. Peut-être, Ettajdid prétend certaines choses, il y a d’autres partis qui prétendent certaines choses, mais à la fin, nous, on va établir notre rapport. »

Ce rapport confidentiel sera remis au président Ben Ali, seul habilité à le rendre public.

Défilé de jeunes originaires de Tataouine, en costume traditionnel, sur l'avenue Bourguiba à Tunis, en soutien au président sortant Zine el abidine ben Ali.(Photo : RFI)

Défilé de jeunes originaires de Tataouine, en costume traditionnel, sur l'avenue Bourguiba à Tunis, en soutien au président sortant Zine el abidine ben Ali.
(Photo : RFI)

Défilé de jeunes originaires de Tataouine, en costume traditionnel, sur l'avenue Bourguiba à Tunis, en soutien au président sortant Zine El Abidine Ben Ali.(Photo : RFI)

A lire également

Tunisie

L'opposant Ahmed Brahim (g) du Mouvement Ettajid, lors de l'officialisation de sa candidatureà l'élection présidentielle tunisienne, le 17 septembre.(Photo : Zoubeir Souissi/Reuters)

Présidentielle : clôture des candidatures

25/09/2009 à 08:23 TU