publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Mauritanie

Un nouveau coup d’Etat militaire

Le président mauritanien Maaouiya Ould Taya, à Ryad, aux obsèques du roi Fahd d’Arabie saoudite.(Photo : AFP)
Le président mauritanien Maaouiya Ould Taya, à Ryad, aux obsèques du roi Fahd d’Arabie saoudite.
(Photo : AFP)
Un communiqué diffusé par l'Agence mauritanienne d'information (AMI) annonçait mercredi après-midi la formation d'un "Conseil militaire pour la justice et la démocratie" pour remplacer le "régime totalitaire" du président Ould Taya. Ce dernier avait quitté Nouakchott lundi pour assister, hier, aux obsèques du roi Fahd d’Arabie saoudite. La tentative de coup d'Etat en cours lui a imposé une escale au Niger, à Nyamey, où l'avion, qui le ramenait en Mauritanie, l'a déposé mercredi, en début d'après-midi.

Carte de la Mauritanie.
(Carte: Marc Verney/RFI)
Selon l’Agence France Presse (AFP), mercredi, vers cinq heures du matin, des soldats de la garde présidentielle occupaient, à Nouakchott, le siège de l’état-major et les bâtiments de la radio-télévision nationale, bloquant l’accès à la présidence et aux ministères. En milieu de matinée, plusieurs tirs à l’arme lourde, d’origine non identifiée, ont achevé de vider les rues de la capitale où des militaires avaient pris des positions stratégiques et installé des batteries anti-aériennes, toujours selon l’AFP, qui citait en fin de matinée, «une source militaire évoquant l’arrestation de plusieurs officiers supérieurs», sans pouvoir préciser s’il s’agissait de loyalistes ou de putschistes.

Le communiqué des putschistes se réclame des "Forces armées et de sécurité". Elles ont, dit-il, "unanimement décidé de mettre fin aux pratiques totalitaires du régime dont notre peuple a tant souffert ces dernières années". Il ne s'agit pas en tout cas de la première tentative, réelle ou supposée, visant à renverser le général Ould Taya. La plus sérieuse de ces dernières années avait duré un jour et demi et fait, officiellement, une quinzaine de morts et des dizaines de blessés, en juin 2003. Mais surtout, elle avait été l’occasion pour un mouvement d’opposition armé d’apparaître au grand jour - le 2 septembre 2003 sur les écrans de la qatarie Al-Jazira – sous l’étiquette des Cavaliers du changement. Tout un programme, défendu en direct par les putschistes manqués des 8 et 9 juin, l’ancien commandant de la garde nationale, Saleh Ould Hannena et l’officier Mohammed Ould Cheikhna.

Cavaliers du changement

Il y a tout juste un an, le 9 août 2004, le régime Ould Taya avait annoncé qu’il avait déjoué une nouvelle tentative des Cavaliers du changement. Celle-ci aurait été prévue pour la mi-août, pendant un séjour du président mauritanien en France, où il devait commémorer le débarquement des troupes africaines en Provence, pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme en juin 2003, une vague d’arrestations et tout un jeu de chaises musicales militaires avaient suivi ces nouveaux bruits de putsch. Le 25 septembre 2004, plusieurs officiers avaient été arrêtés, parmi lesquels le capitaine Abderhamane Ould Mini, l’un des cerveaux présumés du 8 juin 2003. Cela n’avait pas empêché une nouvelle annonce de coup d’Etat raté, le 28 septembre 2004. Le 9 octobre suivant, c’était au tour de Saleh Ould Hannena de tomber dans les filets de la sécurité mauritanienne. Il a été condamné le 3 février dernier à la perpétuité, avec Ould Mini, lors d’un procès organisé à l’est de la capitale, à Wag Naga, où comparaissaient 195 co-inculpés des trois tentatives de coups d’Etat de 2003 et 2004. L’ancien président Ould Haidallah aussi était au banc des accusés.

Evincé en 1984 par le putsch qui donna le pouvoir à Ould Tala, Ould Haidallah avait été arrêté au lendemain du premier tour de la présidentielle du 7 novembre 2003 (où il était arrivé second). Il a finalement été acquitté le 3 février 2005. Mais le premier semestre 2005 aussi a été très mouvementé. Entre avril et début juin, une cinquantaine d’arrestation a visé les milieux islamistes accusés de planifier des «actions terroristes» avec des «djihadistes» liés au bras armé algérien d’Al-Qaïda, le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Le GSPC a justement revendiqué une attaque sanglante perpétrée le 4 juin dernier contre une base militaire au nord-est de la Mauritanie, à Lemgheity, en plein désert.

«Terrorisme utile»

Le 28 juillet dernier, dans un épais document intitulé «Impasse politique et réflexes sécuritaires en Mauritanie : comment fabriquer le terrorisme utile», l’opposition mauritanienne en exil accusait le régime Ould Taya d’avoir «multiplié les provocations vis-à-vis du GSPC avec lequel il entretenait des relations notoirement connues». Le texte, en forme de mémorandum, accuse le pouvoir de faire feu de tout bois pour prouver l’existence d’une menace terroriste en Mauritanie et faire croire à des «connexions» entre réformistes musulmans mauritaniens et terroristes islamistes. L’objectif du régime Ould Taya serait de faire d’une pierre plusieurs coups en neutralisant sa propre opposition tout en se donnant l’occasion d’afficher sa détermination à combattre le terrorisme, afin de s’attirer la sympathie internationale et les soutiens politiques et économiques qui vont avec.

Depuis 2003, le pouvoir mauritanien s’efforce d’établir un lien entre son opposition et le terrorisme islamiste. Après la tentative de putsch du 8 juin, par exemple, le président Ould Taya suggérait avec insistance qu’ils se «partagent les rôles». Le pouvoir n’a jamais cessé non plus de dénoncer comme une preuve de complicité de l’opposition ses protestations contre la répression et les arrestations massives. Le pouvoir mauritanien a fait le choix de nouer des relations avec Israël (elles ont été rétablies fin 1999) et de se ranger ostensiblement dans le camp occidental. Mais, jusque dans les allées du pouvoir, les ambitions se sont durcies avec la perspective d’une ère pétrolière qui doit ranger la Mauritanie parmi les dix premiers producteurs d’or noir, d’ici 2006.


par Monique  Mas

Article publié le 03/08/2005 Dernière mise à jour le 03/08/2005 à 15:12 TU

Audio

Un habitant de Nouakchott

Par Sylvain Biville

«Ça peut être un coup d’Etat comme ça peut être une tentative qui a été déjouée.»

Daha Ould Teiss

Secrétaire général du parti au pouvoir PRDS

«Beaucoup d’innovations ont été introduites dans le cadre des outils électoraux.»

Du pétrole en Mauritanie

Afrique économie

«L’annonce de 75 000 barils par jour au premier trimestre 2006 a aiguisé les appétits»

Articles