publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Iran

Vague d'arrestations après la réélection d'Ahmadinejad

par  RFI

Article publié le 14/06/2009 Dernière mise à jour le 14/06/2009 à 17:43 TU

Au lendemain de la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, des milliers de manifestants qui dénoncent des fraudes ont affronté les forces de l'ordre à Téhéran et dans plusieurs villes de province. Des partisans et proches du candidat malheureux Mir Hossein Moussavi ont été arrêtés. Ce dimanche, une manifestation des partisans d'Ahmadinejad, en présence du président réélu, est prévue en fin d'après-midi dans un quartier du centre de Téhéran. Lors d'une conférence de presse dimanche, Mahmoud Ahmadinejad a estimé que sa réélection est un camouflet pour les « oppresseurs » qui dirigent le monde.

Au lendemain de l'élection présidentielle, les supporters du candidat malheureux Mir Hossein Moussavi sont descendus par milliers dans les rues de Téhéran pour dénoncer les irrégularités présumées lors du scrutin.(Photo : Reuters)

Au lendemain de l'élection présidentielle, les supporters du candidat malheureux Mir Hossein Moussavi sont descendus par milliers dans les rues de Téhéran pour dénoncer les irrégularités présumées lors du scrutin.
(Photo : Reuters)


Les principaux dirigeants du Front de participation, mouvement proche de Mir Hossein Moussavi, auraient été arrêtés samedi à Téhéran. Selon plusieurs sites d'information iraniens et des médias occidentaux, Mohssen Mirdamadi, le secrétaire général, ainsi que Zahra Mojaradi, Saïd Shariati, Abdollah Ramezanzadeh, Zahra Aghajari, Mostafa Tajzadeh, membres du comité central du Front ont été arrêtés au siège du parti lors d'une réunion consacrée à l'examen des résultats de l'élection présidentielle. Un autre membre de ce parti, Behzad Nabavi, a été arrêté à son domicile.

Les analyses de trois spécialistes de l'Iran

Azadeh Kian, professeur en sciences politiques à l’université Paris VII et spécialiste de l’Iran, Thierry Coville, chercheur associé à l’Iris, l’Institut des relations nationales et stratégiques, spécialiste de l'économie iranienne et Siavosh Ghazi, notre correspondant à Téhéran.

« Il est en train de se passer des choses graves en Iran ».

14/06/2009 par Franck Weil-Rabaud

Deux hauts responsables de l’Organisation des moudjahidines de la Révolution islamique, proche de Mir Hossein Moussavi ont, aussi, été interpellés par la police. Des sources proches de Moussavi ont annoncé que l’ancien Premier ministre est placé en résidence surveillée.

Une autre personnalité proche du candidat Mehdi Karoubi, Mohamad Zeydadabi a aussi été arrêté samedi à son domicile.

Colère

La réélection de Mahamoud Ahmadinejad a suscité beaucoup de colère dans les rues du pays et surtout dans la capitale où les manifestations ont continué toute la journée de samedi.

Réaction d'une Iranienne après la réélection d'Ahmadinejad

« Il n’y a pas de doute qu’ils trichent lorsqu’ils annoncent la réélection d'Ahmadinejad, les résultats du vote sont manipulés, nous sommes très choqués et tristes car on ne lui donnait aucune chance d’être réélu ».

14/06/2009 par TV

Mir Hossein Moussavi a appelé au calme et demandé à ses partisans à ne pas recourir à la violence. Mais les affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et les anti-Ahmadinejad. Plusieurs d’entre eux ont été blessés et d'autres arrêtés.

Selon plusieurs médias iraniens et occidentaux, d’autres interpellations sont survenues dans plusieurs villes de province, notamment à Babol (nord) où plusieurs étudiants ont été arrêtés.

« Préoccupés »

Ahmadinejad s’est félicité de sa réélection en la qualifiant de « grande victoire » et a affirmé que le scrutin était « totalement libre ». Tandis que le candidat largement battu, Mir Hossein Moussavi a sérieusement mis en cause les résultats de l’élection en la qualifiant de « dangereuse parodie ».

Les amis de l'Iran comme le Venezuela, la Syrie, le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien ont félicité Mahmoud Ahmadinejad. Mais la communauté internationale dans sa majorité accueille avec prudence la réélection du président iranien.

L’Union européenne et le Canada se disent « préoccupés » par les irrégularités présumées et les violences post-électorales, la France en prend note, et Washington refuse pour l'instant d'entériner le résultat et la secrétaire d’Etat Hillary Clinton espère que le résultat du vote reflète « la véritable volonté et le désir de la population ».

La réaction de Washington

« Même si elle ne l'affiche pas ouvertement, l'administration Obama est déçue, et se contente, pour le moment, de déclarations prudentes. »

14/06/2009 par Jean-Louis Pourtet

La plus grande inquiètude vient du côté des Israéliens. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a appelé la communauté internationale à agir « sans concession » contre l'Iran.