publicite publicite
accueilradio  actualités  musique  langue française  presse  pro
radio
Liste des rubriques
MFI HEBDO: Economie Développement Liste des articles

20/12/2002
La fonction publique africaine en quête d’efficacité

(MFI) Trop de fonctionnaires ! C’était la conviction de la Banque mondiale qui a obligé les différents gouvernements africains à dégraisser les effectifs depuis 1980, au prix de lourds sacrifices sociaux. Aujourd’hui, les Etats ne sont plus confrontés au sureffectif, mais au défi de l’efficacité. Ils recherchent du personnel qualifié, motivé et imperméable à la corruption. Un pari impossible ?

Sur le continent, plus personne ne parle aujourd’hui des sureffectifs de fonctionnaires. En Afrique francophone, les agents permanents de l’Etat représentent en moyenne 1 % de la population. Le taux est de 9 % en France. Et encore : certains pays affichent un ratio plus serré. Ainsi, 0,41 % seulement des Tchadiens émargent au budget de l’Etat, selon les dernières statistiques de l’Observatoire des fonctions publiques africaines (OFPA). Le ratio ne dépasse pas 0,50 % au Burkina Faso. La question n’est donc plus le nombre de fonctionnaires, mais l’efficacité de l’administration publique.
Principal problème : la motivation. Car les effectifs ont beau diminuer, les moyens pour les payer manquent encore. Depuis plusieurs années, l’Etat togolais paie irrégulièrement ses fonctionnaires, au gré des rentrées fiscales. Au Nigeria, c’est le cours du pétrole qui détermine la masse salariale à répartir. Grisé par la bonne tenue du secteur pétrolier, le gouvernement avait annoncé, en septembre 1998, une augmentation de 300 % du traitement minimum des fonctionnaires. Mais trois mois plus tard, il revenait sur sa décision, pour ne plus accorder qu’un accroissement de 150 %. Certains gouvernements en sont réduits à payer leurs agents… en nature ! C’est le cas du Niger, qui doit à ses fonctionnaires 41 milliards de francs CFA d’arriérés. A défaut de les payer, l’Etat-employeur leur propose des lopins de terre ou des options d’achat de leur logement de fonction. Sur 40 000 fonctionnaires concernés, plus de 16 000 ont accepté le marché.

Taux d’absentéisme élevé

Mais les fonctionnaires africains sont aussi démotivés par leurs conditions de travail. Les locaux sont souvent rudimentaires, voire insalubres, les moyens bureautiques font cruellement défaut, la formation professionnelle est, pour ainsi dire, inexistante. Les multiples plans de modernisation et d’informatisation ne vont pas plus loin que les sphères ministérielles. Confrontés à des usagers de plus en plus nombreux et souvent vindicatifs, les agents sont régulièrement agressés. A cela s’ajoute la suspicion des autorités, persuadées que la chasse aux fonctionnaires fantômes n’est pas terminée. C’est ainsi que le gouvernement ivoirien a décidé de recenser une nouvelle fois les agents de l’Etat. Le précédent recensement, effectué en 1996, avait permis de détecter 3 000 agents fictifs et d’économiser 7 milliards de francs CFA sur la masse salariale. Cette fois, on évalue le nombre de « fantômes » potentiels entre 4 000 et 10 000 personnes. Mais il y a plus brutal encore : les licenciements en série pour motif politique. L’Etat gambien y recourt ouvertement.
Confrontés à ces traitements rugueux, les agents de l’Etat réagissent par un taux d’absentéisme élevé. La plupart des cadres moyens et subalternes se contentent de venir faire acte de présence le matin. L’après-midi, ils vaquent à leurs multiples occupations informelles : commerce, artisanat, cultures maraîchères. L’Etat, qui a mauvaise conscience en raison des arriérés qu’il doit, ferme les yeux. La corruption règne, les systèmes d’avancement restent opaques. Bref, les services publics vont à vau-l’eau. Ce qui finit par nuire aux économies nationales. En Algérie, un récent rapport a constaté que le Trésor public perd des milliards de dinars chaque mois, faute d’efficacité des administrations chargées de suivre les activités commerciales et industrielle dans le pays. Activités illicites et travail au noir prospèrent, regrette le ministère des Finances à Alger.

Bicyclettes, téléphones portables et notation

A tel point que la Banque mondiale, grande ordonnatrice des réductions d’effectifs, prêche maintenant le recrutement de cadres bien formés et imperméables à la corruption. Seule façon d’améliorer l’efficacité des services publics. Honnis il n’y a pas si longtemps, les instituts de formation d’administrateurs civils sont incités à recruter de jeunes talents, et bénéficient à nouveau de subventions internationales. Bons élèves, les dirigeants africains suivent la nouvelle tendance. Certains d’entre eux ont entrepris de motiver les agents de l’Etat.
Pour la première fois au Congo (Brazzaville), des distinctions ont été accordées à des « fonctionnaires modèles », « assidus à leur travail » : bicyclettes et téléphones portables ont été distribués par Gabriel Entch-Ebia, ministre de la Fonction publique. Au Bénin, l’Etat n’hésite pas à s’allier avec les syndicats de fonctionnaires pour entretenir la motivation des troupes. Depuis cinq ans, il octroie aux syndicats une subvention de 200 millions de francs CFA par an. Le ministère de la Fonction publique participe même à la gestion de ce fonds. Enfin, le bon vieux système de l’avancement à l’ancienneté commence à être abandonné au profit de systèmes de notation basés sur les résultats concrets. Des expériences sont en cours au Cameroun, au Bénin, au Burkina et au Sénégal. Dans ce dernier pays, les fonctionnaires pourraient être notés chaque année sur une échelle allant d’excellent à très mauvais. Plus subtil, le système burkinabé prévoit des entretiens d’évaluation. Dans tous les cas, les agents notés bénéficieraient de recours, en cas d’injustice flagrante.

Yolande S. Kouamé

retour

Qui sommes nous ?

Nos engagements

Les Filiales

RMC Moyen Orient

Radio Paris-Lisbonne

Delta RFI

RFI Sofia