publicite publicite
accueilradio  actualités  musique  langue française  presse  pro
radio
Liste des rubriques
MFI HEBDO: Sport Liste des articles

08/05/2003
Le sport il y a 20, 25 ou 30 ans
Juillet 1978 : Les 3èmes Jeux africains se déroulent à Alger


L’histoire des Jeux africains est mouvementée. Après la première édition de Brazzaville en 1965, il a fallu attendre huit ans pour assister à la tenue des 2èmes Jeux à Lagos en 1973. Cinq ans après, Alger abrite la 3ème édition. Si la naissance des Jeux à Brazzaville fut appréciée par les participants, Lagos considéré comme l’enfance de ce rassemblement omnisports continental fut assez chahutée avec la pagaille et l’incurie de l’intendance dirigée par des militaires.
Alger marque l’adolescence des Jeux continentaux ; l’Algérie qui se présente alors comme l’un des leaders des pays du Tiers monde se doit de faire des Jeux à la hauteur du rôle qu’elle entend incarner. Sa capitale, qui a accueilli cinq ans auparavant les Jeux méditerranéens, n’a pas trop de soucis à se faire pour ce qui est des sites. Avec les recettes tirées du pétrole, le pays s’est doté à l’occasion de structures d’une qualité qu’on ne voit alors que dans les grands pays du Nord.
Du 13 au 28 juillet 1978, 5 000 athlètes venus de 45 pays participent aux Jeux d’Alger. Si la foule algéroise se présente à la cérémonie d’ouverture, il n’en sera pas de même pour les autres journées. Pourtant, la compétition est d’un bon niveau surtout en athlétisme, basket et judo.
En natation, les Tunisiens font de la démonstration en s’emparant de vingt titres sur les vingt huit décernés. Ali Gharbi et Meriem Mizouni enlèvent à eux deux seize médailles d’or, huit pour chacun.
En athlétisme, le duel tant attendu entre le surdoué kenyan Henry Rono et l’Ethiopien Miruts Yfter, les deux champions du 10 000 m, laisse un goût d’inachevé. Il ne dure que quelques minutes avant l’abandon de l’Ethiopien. Les deux grands spécialistes de fond avaient peu d’occasions de croiser le fer car les championnats d’Afrique n’existent pas encore.
En basket, les Sénégalais qui dominent l’Afrique sont imperturbables, même si les Camerounaises inquiètent leurs féminines et que les Ivoiriens, après avoir longtemps mené contre leurs hommes, s’effondrent dans les dernières minutes d’une finale haletante.
Le football attira l’attention suite à une bagarre entre Libyens et Egyptiens. Un joueur libyen qui frappe un adversaire met le feu aux poudres. Le terrain devient un ring entre, d’une part, les joueurs, et d’autre part les dirigeants des deux camps. L’Egypte décide a la suite de ces incidents de retirer son équipe de la compétition.
Au plan politique, les relations entre les deux pays sont alors exécrables. La Libye aussi est exclue du tournoi par la Confédération africaine de football (CAF) qui considère que ses joueurs sont à l’origine des incidents.
Au palmarès des Jeux, la Tunisie, grâce à sa natation conquérante, a distancé au tableau des médailles le Nigeria et l’Algérie qui avaient engagé le plus grand nombre d’athlètes.
Lorsque le vendredi 28 juillet 1978 furent clos les 3èmes Jeux africains, on pouvait considérer qu’Alger avait tenu son pari et honoré ses engagements. La capitale de l’Algérie avait organisé les meilleurs Jeux avec ses installations modernes et les facilités de travail offertes aux athlètes, dirigeants et journalistes.

Kouassi Guesdet

retour

Qui sommes nous ?

Nos engagements

Les Filiales

RMC Moyen Orient

Radio Paris-Lisbonne

Delta RFI

RFI Sofia