publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Immigration

Combien d’immigrés clandestins en France?

Les sénateurs veulent «&nbsp;<em>connaître, prévenir et traiter&nbsp;</em>» le problème de l'immigration clandestine.(Source : www.senat.fr)
Les sénateurs veulent « connaître, prévenir et traiter » le problème de l'immigration clandestine.
(Source : www.senat.fr)
La Commission d’enquête du Sénat français a formulé jeudi 54 recommandations pour fournir une réponse ferme, juste et humaine au phénomène de l’immigration clandestine. Ce problème agite régulièrement l’opinion publique française. Mais on ignore exactement quelles sont les véritables dimensions du flux de clandestins.

La commission d’enquête considère que l’immigration clandestine est « une réalité inacceptable » qui exige une réponse « ferme, juste et humaine ». Pour cela, 45 recommandations ont été formulées qui prévoient, notamment, la mise en place d’outils statistiques pour évaluer l’importance du phénomène des « sans papiers ». Le communiqué qui a été distribué lors de la conférence de presse au Palais du Luxembourg souligne que l’effort doit porter en premier lieu sur la réduction des flux d’immigrés irréguliers ce qui permettra aussi de lutter contre le développement d’une nouvelle criminalité de passeurs néo-esclavagistes.

La Commission considère qu’il faut « connaître, prévenir et traiter » cette délicate question, tout en soulignant que l’immigration clandestine, dont les immigrés eux mêmes sont les premières victimes, nuit à l’intégration des étrangers en situation régulière et comporte des risques de déstabilisation économique et sociale, notamment dans les Départements et territoires d’outre-mer, tels que la Guyane, la Guadeloupe et Mayotte. Cette commission, présidée par le sénateur radical de Guyane Georges Othily fut crée en octobre 2005, suite aux événements dramatiques de Ceuta et Melilla et suite aux incidents survenus à Mayotte.

Développer les pays fournisseurs de clandestins pour enrayer le flux

Pour la commission d’enquête, la seule solution de fond au problème passe par le développement des pays sources de l’immigration, ce qui va exiger un approfondissement et une plus grande coordination des politiques de coopération européenne, nationale et locale. Le communiqué signale, aussi, qu’il faut intensifier la lutte contre le séjour irrégulier, ce qui va exiger l’établissement de nouveaux type de visas et des mesures pour prévenir le détournement de la procédure d’asile. La Commission s’est aussi prononcée sur l’éloignement des étrangers en situation irrégulière «dans de brefs délais ».

Il est, pour le moment, absolument impossible d’avoir une idée exacte de l’importance numérique du phénomène migratoire clandestin en France. La Commission sénatoriale préconise ainsi la réalisation d’une enquête qui devra être confiée à l’INSEE, l’Institut national de la statistique et des études économiques.  Cette étude devra être placé sous l’égide d’un Observatoire statistique de l’immigration et de l’intégration. On prévoit aussi une interconnexion des différents fichiers administratifs sur les étrangers.

Clandestins et demandeurs d’asile

Le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy considère qu’entre 200 000 et 400 000 clandestins seraient présents sur le territoire et entre 80 000 et 100 000 supplémentaires y entreraient chaque année. La question des clandestins a commencé à se manifester en 1974, lors du premier choc pétrolier, peu de temps après l’élection du président Giscard d’Estaing. Depuis cette date, l’immigration clandestine est donc devenue un constante de la vie politique et sociale française, sans parler des problèmes humains graves que se sont manifestés et qui ont souvent conduit à des manifestations et à des grèves de la faim des sans papiers. 

Lors de l’élection du président socialiste François Mitterrand, en 1981, le gouvernement a permis la régularisation d’environ 130 000 clandestins. En 1991, le gouvernement de gauche de Mme Edith Cresson a autorisé la régularisation de 15 000 demandeurs d’asile. Et, en 1998, le gouvernement de Lionel Jospin (gauche plurielle) permit que 80 000 étrangers en situation illégale puissent avoir aussi des documents.

Demandes d’asile en baisse

Les organisations d’aide aux travailleurs étrangers, telles que le GISTI, pensent que le nombre de clandestins vivant en France correspond au double du nombre de demandeurs d’asile. L’Office français de protection des réfugies et apatrides a signalé mercredi, dans son rapport annuel, que la demande d’asile globale s’est élevée en 2005 à 59 221 dossiers. Ces chiffres montrent qu’il y a eu une baisse de 9,7% par rapport aux demandes enregistrées en 2004. Les africains (Congolais, Ivoiriens, Guinéens et Nigériens) sont les plus nombreux dans cette liste, avec environ 13 000 demandes d’asile. Les asiatiques ( Chine, Bangladesh, Pakistan et Sri Lanka) ont présenté 11 000 dossiers selon l’OFPRA.

Il faut noter que huit sénateurs socialistes, communistes et verts se sont désolidarisés du rapport de la Commission d’enquête du Sénat sur l’immigration clandestine. Ils contestent notamment la « suspicion généralisée frappant les demandeurs d’asile » et ils soupçonnent la commission d’enquête d’être au service d’une formation politique.

Le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy vient d‘élaborer un projet de loi visant à privilégier une immigration « choisie » et non plus « subie », durcissant les règles d’entrée des étrangers en France. Ce projet va être débattu à l’Assemblée nationale à partir du 2 mai prochain. Les organisations de soutien aux immigrés considèrent que le rapport de la commission sénatoriale pourra être utile au ministre mais que son projet va augmenter le nombre de sans papiers.

par Antonio  Garcia

Article publié le 13/04/2006 Dernière mise à jour le 13/04/2006 à 19:56 TU