publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Soudan

Un accord au forceps

Signature de l'accord de paix pour le Darfour à Abuja. Minni Minawi (G.) de l'Armée de libération du Soudan serre la main du chef de la délégation de Khartoum, Majzoub Al-Khalifa.(Photo : AFP)
Signature de l'accord de paix pour le Darfour à Abuja. Minni Minawi (G.) de l'Armée de libération du Soudan serre la main du chef de la délégation de Khartoum, Majzoub Al-Khalifa.
(Photo : AFP)
L'Union africaine et les Etats-Unis ont obtenu la signature d'un accord de paix entre le gouvernement soudanais et le principal groupe de rebelles au Darfour. Cependant la situation dans cette province va demeurer incertaine.

De notre  correspondante au Nigeria

Dans une grande salle du palais prĂ©sidentiel nigĂ©rian, les rebelles soudanais font face Ă  des dizaines d’organisations internationales et de pays, au premier rang desquels les Etats-Unis. Pendant les rares moments de pause, les yeux rougis par la fatigue, ces reprĂ©sentants fument une cigarette ou font les cent pas. «Une telle pression internationale est rare» constate un diplomate. La nuit avance. Vendredi, Ă  l’aube, la partie semble perdue. Mais coup de thĂ©Ăątre, deux heures plus tard, la faction du Mouvement de libĂ©ration du Soudan dirigĂ©e par Minni Minawi accepte de signer le plan de paix sur le Darfour, fruit de deux ans de pourparlers dirigĂ©s par l’Union africaine. En fait de date butoir, fixĂ©e initialement au 30 avril, c’est sur un non franc et massif que la communautĂ© internationale a butĂ©.

Diplomates réjouis

Hier vendredi, Ă  l’aube, le ouf de soulagement a rĂ©sonnĂ© d’Abuja Ă  Washington. En 2004, les autoritĂ©s amĂ©ricaines avaient Ă©tĂ© les premiĂšres Ă  qualifier la tragĂ©die du Darfour de gĂ©nocide. RĂ©cemment, l’acteur George Clooney a pris fait et cause pour les populations civiles de l’ouest du Soudan, les manifestations ont rassemblĂ© des dizaines de milliers de personnes. «MĂȘme les Ă©tudiants se mobilisent, le Darfour devient une question de politique intĂ©rieure» confie une source proche de la dĂ©lĂ©gation amĂ©ricaine. La secrĂ©taire d’Etat amĂ©ricaine, Condoleezza Rice, avait de son cĂŽtĂ© dĂ©clarĂ© : « Il est temps de secouer le cocotier Â»

Unanimement saluĂ©e, la mĂ©diation de l’Union africaine recueille les fruits de deux ans de travail. « L’Afrique peut traiter ses problĂšmes sĂ©rieusement, Ă©paulĂ©e par la communautĂ© internationale Â» a soulignĂ© le prĂ©sident nigĂ©rian Olusegun Obasanjo. Une maniĂšre de remettre dans son contexte un accord qui fait un peu figure de « Pax Americana Â».

Rebelles convaincus Ă  l’arrachĂ©

Face Ă  des rebelles divisĂ©s, multipliant les erreurs tactiques, « Khartoum a jouĂ© impeccablement de ses cartes Â», souligne un observateur international. Mais selon le secrĂ©taire d’Etat adjoint amĂ©ricain, Robert Zoellick, qui a menĂ© les nĂ©gociations de la onziĂšme heure, « l’accord impose des obligations Ă  Khartoum, notamment le dĂ©sarmement des milices Djandjawid Â», accusĂ©es d’avoir commis de nombreuses atrocitĂ©s Ă  l’encontre des populations du Darfour. A la mi-octobre, ce dĂ©sarmement devra ĂȘtre « complet et vĂ©ritable Â».

« Chef militaire transformĂ© en dirigeant politique Â», unanimement saluĂ©, Minni Minawi et son mouvement ont obtenu  que soit fixĂ© Ă  5 000 le nombre d’ex-combattants rebelles Ă  rĂ©intĂ©grer l’armĂ©e et la police soudanaise. Quelque 3 000 autres pourront bĂ©nĂ©ficier de formation. « Ces arrangements sĂ©curitaires nous ont convaincu, c’est important pour nos combattants qui souffrent sur le terrain Â», a expliquĂ© le porte-parole du MLS-Faction Minni, Saif Heddine Haruon.

Les irréductibles

Les deux autres mouvements ont Ă©tĂ© intraitables. Avec fracas, le Mouvement pour la justice et l’égalitĂ© a refusĂ© de signer. Il pourrait ĂȘtre dĂ©clarĂ© hors-la-loi par la communautĂ© internationale, ses dirigeants sont passibles de sanction. Quant Ă  Abdel Wahid Mohammed Al-Nour, le chef de l’autre faction du Mouvement de libĂ©ration du Soudan, il a discutĂ© pendant des heures avec le prĂ©sident nigĂ©rian. A la fin de la journĂ©e, Olusegun Obasanjo n’a pas cachĂ© son mĂ©contentement quand Abdel Wahid et ses hommes sont revenus s’asseoir dans la grande salle. Se levant, le prĂ©sident nigĂ©rian s’est frayĂ© un chemin dans la salle bondĂ©e, pour aller murmurer quelques mots Ă  l’oreille du chef rebelle. Sa dĂ©lĂ©gation a alors quittĂ© la salle. Mais l’Union africaine laisse la porte ouverte, les mĂ©contents pourront toujours prendre le train en marche.

Appliquer le plan de paix

Reste Ă  savoir si ce plan de paix obtenu Ă  l’arrachĂ© sera appliquĂ©. « La mĂ©fiance entre le gouvernement et les rebelles se double d’une mĂ©fiance entre les rebelles eux-mĂȘmes Â», souligne Henri de Coignac, envoyĂ© spĂ©cial de la France. DĂ©ployĂ©s sur un territoire grand comme l’hexagone, les 7 000 soldats de l’Union africaine n’ont jamais pu faire respecter un cessez-le-feu. Les Etats-Unis prĂ©conisent l’envoi de troupes onusiennes, ce qui n’est pourtant pas encore d’actualitĂ©. Le temps presse, deux millions de dĂ©placĂ©s de guerre vivent dans des conditions d’insĂ©curitĂ© croissante, « la saison des pluies approchent et si les gens ne peuvent pas cultiver Ă  temps, ils vont ĂȘtre forcer de rester dans les camps Â», souligne Samy Bock.

Il faut aussi compter avec le facteur tchadien. Le MJE et une partie des hommes de Minni Minawi sont des fidĂšles du prĂ©sident Idriss DĂ©by. Ce dernier fait face Ă  une rĂ©bellion soutenue par Khartoum. « Nous espĂ©rons que l’accord de paix pour le Darfour va favoriser la paix et la stabilitĂ© au Tchad Â», a soulignĂ© le Congolais Denis Sassou Nguesso, prĂ©sident en exercice de l’Union africaine. Le destin des deux voisins semble indissolublement liĂ©.


par Virginie  Gomez

Article publié le 06/05/2006 DerniÚre mise à jour le 06/05/2006 à 15:21 TU

Audio

Saif Heddine Haruon

Porte-parole de la faction majoritaire du Mouvement de libération du Soudan

«Ce qui nous a convaincu ce sont les arrangements sécuritaires.»

[06/05/2006]

Denis Sassou N'Guesso

Président de l'Union africaine

«Dans les prochains jours, les prochains mois, il y aura ralliement total du peuple du Darfour pour ces accords de paix.»

[06/05/2006]

Robert Zoellick

Secrétaire d'Etat adjoint des Etats-Unis

«Il y a une obligation pour toutes les parties à respecter un cessez-le -feu.»

[06/05/2006]

Articles