publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Union européenne

225 millions d'euros pour lutter contre le terrorisme

Article publié le 17/04/2009 Dernière mise à jour le 18/04/2009 à 01:46 TU

L’Union européenne se mobilise contre le trafic d’armes de destruction massive, le terrorisme et la piraterie. La Commission de Bruxelles va consacrer pas moins de 225 millions d’euros sur 3 ans à cette lutte. Cette action pourra être étendue aux pays d’Afrique, du Proche-Orient et à ceux de l’Asie du Sud.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Le Berlaymont à Bruxelles, siège de la Commission européenne.(GNU Free Documentation License)

Le Berlaymont à Bruxelles, siège de la Commission européenne.
(GNU Free Documentation License)

Ce programme comprend en fait deux volets. L’objectif premier est de lutter contre le trafic d’armes de destruction massive. Jusqu’à présent, l’action de la Commission européenne était focalisée sur les pays de l’ex-URSS.

Avec les 123 millions d’euros annoncés aujourd’hui, cette action pourra être étendue aux pays d’Afrique, du Proche-Orient et à ceux de l’Asie du Sud, où le missile nord-coréen tiré le 5 avril dernier, a été fortement condamné par l’ensemble de la communauté internationale.

Renforcer les forces de sécurité somaliennes

L’Union peut également allouer 30 millions d’euros à la reconversion des scientifiques dans les activités dites pacifiques. En d’autre terme, on veut éviter que des connaissances en matière nucléaire soient détournées vers des projets terroristes.

Le deuxième volet de la Commission correspond à plus de 60 millions d’euros. Il englobe le trafic de drogue, la lutte contre le terrorisme, notamment dans la région du Sahel et dans des pays comme le Pakistan et l’Afghanistan et la lutte contre la piraterie.

L’Union veut en effet renforcer les forces de sécurité somaliennes et, lors de la conférence internationale organisée la semaine prochaine à Bruxelles, Paris pourrait d’ailleurs annoncer la formation d’un bataillon de 500 hommes à Djibouti.