publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Côte d'Ivoire

Coups de feu autour d’une caserne militaire

Le camp attaqué se situe à Adjamé, dans le centre-nord d'Abidjan.(Cartographie: RFI)
Le camp attaqué se situe à Adjamé, dans le centre-nord d'Abidjan.
(Cartographie: RFI)
La tension est montée d’un cran dans la nuit du 1er décembre à Abidjan. Des individus armés ont attaqué un camp de gendarmerie. L’armée a immédiatement organisé une riposte et le calme est revenu mais la population est sur le qui-vive.

Il était 20h00 (heure d’Abidjan), lorsque des individus armés ont attaqué par petits groupes le camp de gendarmerie d’Agban dans le quartier populaire d’Adjamé. Dans un premier temps les assaillants auraient maîtrisé la sentinelle en faction au poste de police à l’entrée de la caserne. Mais il n’aurait pas eu le temps de prendre possession entièrement de ce poste stratégique, parce que des soldats qui ont soupçonné un mauvais un coup auraient très vite réagi. Cette réaction des soldats a donné lieu à des échanges de coups de feu pendant environ une demi-heure.

L’état-major des Forces armées de Côte d’Ivoire (Fanci) a aussitôt ordonné et organisé un quadrillage du quartier d’Adjamé. Plusieurs postes de contrôle ont été érigés dans la ville d’Abidjan et tous les véhicules en circulation ont été soumis à un contrôle systématique. Aucun bilan précis n’a été dressé par les Fanci, mais selon Notre Voie, quotidien d’Abidjan daté du 2 décembre 2005, les accrochages auraient fait «cinq blessés chez les assaillants et une dizaine de suspects» auraient été arrêtés. «Sept des suspects étaient d’ailleurs visibles hier au poste de police du camp de la gendarmerie d’Agban lorsque notre équipe de reportage s’est rendue sur les lieux aux environs de 22h», précise le journal.

Une autre version

L’Inter, un autre quotidien d’Abidjan, citant un officier de la gendarmerie, affirme que «la zone d’Agban est bouclée et l’accès interdit». Selon cette source aucun bilan n’était disponible. Le bataillon blindé d’Akouédo et la garde républicaine de Treicheville auraient aussi été mis en alerte. Par ailleurs notre confrère qui cite une «source très plausible» évoque une deuxième version : «une fusillade et une course poursuite auraient éclaté entre les éléments du centre de commandement des opérations de sécurité (CECOS) et des bandits qui ont échoué dans les broussailles du plus grand camp de gendarmerie d’Abidjan. Et le quotidien d’ajouter : « Décidés à les traquer jusque dans leur dernier retranchement, les hommes du colonel Guiai Bi Poin auraient tiré des coups de feu nourris  pour déloger les malfrats». Cette opération de police aurait alerté les gendarmes qui croyant à une attaque de leur base auraient réagi et déclenché une série de mises en alerte des autres camps militaires de la place d’Abidjan. L’Inter conclut toutefois que «cette version reste à confirmer».

En tout cas, ces événements montrent bien la tension qui règne à Abidjan et dans le reste du pays. La situation politique est incertaine, avec un président de la République reconduit pour une période de 12 mois par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui lui impose également un Premier ministre, introuvable pour l’instant. Les différentes tentatives de l’Union africaine qui s’implique dans la nomination de ce Premier ministre ont échoué et l’ONU menace de prendre des sanctions contre tous ceux qui entravent sa désignation. Le président Laurent Gbagbo qui veut avoir les coudées franches dans la désignation d’un chef de gouvernement transitoire a récusé les propositions qui lui ont été faite par l’UA et engage lui-même des consultations auprès de toutes les familles politiques. Une rencontre était prévue par le pouvoir ce 2 décembre 2005, mais «on ne sent pas concernés », a déclaré Alphonse Djédjé Mady, le président du directoire du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). L’opposition affirme n’avoir reçu aucune lettre d’invitation. «On ne convoque pas les partis politiques par un communiqué de presse», a rétorqué le président du directoire du RHDP.        


par Didier  Samson

Article publié le 02/12/2005 Dernière mise à jour le 02/12/2005 à 15:12 TU