publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Burkina Faso

Assassinat de Norbert Zongo : dix ans après, ni vérité, ni justice

par Alpha Barry

Article publié le 12/12/2008 Dernière mise à jour le 13/12/2008 à 22:40 TU

Le journaliste Norbert ZongoDR

Le journaliste Norbert Zongo
DR

Le collectif contre l’impunité appelle à manifester ce 13 décembre 2008 à Ouagadougou pour obtenir la réouverture du dossier Norbert Zongo. Journaliste, directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant, très critique à l’égard du pouvoir, Zongo a été assassiné il y a dix ans. En 2006, la justice burkinabè a classé le dossier en attendant des « éléments de preuve… »

Dimanche 13 décembre 1998.  Comme c’est habituel après le bouclage de son journal, Norbert Zongo se rend dans son ranch de chasse dans le sud du pays près de la frontière ghanéenne. Il est en compagnie de son chauffeur, de son frère et d’un autre de ses collaborateurs. En fin de journée, les quatre personnes sont retrouvées mortes, calcinées à bord de leur véhicule dans les environs de Sapouy à une centaine de kilomètres de Ouagadougou. Le lendemain, la nouvelle se répand partout dans le pays. C’est le choc. Notamment chez les étudiants burkinabè où Norbert Zongo animait régulièrement des conférences publiques. Ces derniers descendent dans la rue. Pour eux comme pour la majorité de l’opinion burkinabè, la mort du journaliste n’est pas accidentelle. Elle ne peut être qu’un assassinat commandité par le pouvoir. D’autant plus que Norbert Zongo enquêtait sur la mort après tortures du chauffeur du frère du président Blaise Compaoré. Ces tortures avaient été infligées par des éléments de la garde présidentielle au sein du Conseil de l’entente, la garnison militaire qui abrite le régiment de sécurité présidentielle. 

Manifestation après l'assassinat du journaliste Norbert Zongo en 1998.(Photo : AFP)

Manifestation après l'assassinat du journaliste Norbert Zongo en 1998.
(Photo : AFP)

Le Burkina, réputé calme jusque-là, vit ses premières émeutes depuis plus de 7 ans. Très vite, un collectif contre l’impunité est créé pour réclamer vérité et justice dans cette affaire. Ce collectif dirigé par l’activiste des droits de l’homme, Halidou Ouédraogo, est formé d’associations, de partis politiques et de syndicats. A l’appel de toutes ces organisations, des milliers de gens descendent régulièrement dans la rue. C’est la crise dans tout le pays. Sous la pression, le pouvoir accepte de mettre en place une commission d’enquête indépendante (CEI) au sein de laquelle siège Reporters sans frontières (RSF).

7 mai 1999. La CEI dépose son rapport qui épingle « six suspects sérieux ». Ils sont tous membres de la garde présidentielle avec à leur tête l’adjudant Marcel Kafando, chef de la sécurité rapprochée du président Blaise Compaoré.

Alors que la rue gronde toujours, le pouvoir met en place un collège de sages chargé de faire des propositions pour juguler la crise. Celui-ci préconise des réformes politiques pour une grande démocratisation du pays. Il propose un schéma de réconciliation. Pendant ce temps, un juge d’instruction est nommé pour s’occuper exclusivement de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons d’infortune.

L’adjudant Marcel Kafando était le seul inculpé dans l’affaire du journaliste Norbert Zongo.(Photo : AFP)

L’adjudant Marcel Kafando était le seul inculpé dans l’affaire du journaliste Norbert Zongo.
(Photo : AFP)

2 février 2001. Le juge Wenceslas Ilboudo inculpe l’adjudant Marcel Kafando. Ce dernier purge déjà une peine de vingt ans dans le cadre de la mort du chauffeur du frère du président. Un dossier qui a abouti à un jugement en août 2000 grâce à la même pression du Collectif contre l’impunité. L’adjudant Kafando est inculpé après que le juge ait relevé des contradictions dans ses déclarations sur son programme de la journée du 13 décembre 1998. « Ce qui fait peser des soupçons sur lui », indique alors Abdoullay Barry, le procureur général près de la cour d’appel de Ouagadougou. Pour la première fois, la justice burkinabè donne de l’espoir dans ce dossier. « A partir de maintenant, expliquait le procureur général, le juge d’instruction doit pouvoir procéder à des interrogatoires plus approfondis et même à des confrontations entre Kafando et d’autres personnes ». Mais cet espoir est vite déçu. Le dossier s’enlise. La justice évoque « la maladie » de Kafando qui « ne peut se soumettre à la procédure ».

18 Juillet 2006. Coup de tonnerre ! Le juge Ilboudo prononce un non-lieu pour l’adjudant Kafando. Le procureur général Abdoullay Barry explique : « Marcel Kafando a été inculpé sur la base d’une déclaration de témoin. Et dès lors que le témoin est revenu sur sa déclaration, et à partir du moment où il subsiste un doute, c’est un principe de droit, [cela] profite à l’accusé ». Face au tollé général, Barry explique que « le juge d’instruction a fait son travail. Il a interrogé 105 personnes dont 50 militaires de la garde présidentielle. Il a même obtenu les fiches de sortie et d’entrée des armes du régiment de la sécurité présidentielle ». Quid du dossier. « A partir de ce moment, le dossier est classé. Le juge est dessaisi. L’affaire est clôturée sauf s’il survient de nouveaux éléments. Et dans ce cas, c’est le procureur seul qui peut rouvrir le dossier ». C’est la colère du côté de la famille Zongo, de RSF, du Collectif contre l’impunité et de la presse burkinabè. La décision de la justice est jugée scandaleuse. « Des scellés prouvent que l’armée burkinabè était impliquée au plus haut niveau dans cette affaire. Vous ne pensez pas que c’est ridicule de dire qu’on ne peut pas trouver ces assassins, se demande maître Sankara. Aucune piste n’a été explorée (…) La commission d’enquête indépendante avait déjà fait un travail avec des experts. Le juge prétend avoir interrogé de nombreuses personnes. Mais aujourd’hui, le résultat est là. Il est établi que les assassins de Norbert Zongo venaient du cœur de l’Etat, en particulier de la garde présidentielle. Il ne faut donc pas tourner en rond ».

DR

DR

13 décembre 2008. A l’occasion des dix ans de cet assassinat, le Collectif contre l’impunité organise des grandes manifestations pour obtenir la réouverture du dossier : recueillement sur les tombes, marche et meeting, lancement d’une pétition. Un concert est également prévu avec un collectif d’artistes engagés (Didier Awadi, Tiken Jah Fakoly, Ismael Isaac, Smockey, Zêdess…) qui viennent de sortir un album titré : Norbert Zongo : dossier classé ?

Burkina : manifestation pour la réouverture du dossier Zongo

Tout au long de la marche et au cours du meeting, les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir et à la justice burkinabè.

13/12/2008 par Alpha Barry

Reportage au sein de la manifestation

« Grande mobilisation et ambiance exceptionnelle à ce 10e anniversaire avec un concert de musique en fin de matinée place de la Nation. »

13/12/2008 par Alpha Barry