publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Aide au développement

Unitaid, une taxe pour aider les malades du sida

Unitaid va bénéficier du partenariat de la Fédération internationale du football (Fifa). Un ballon «Unitaid» symbolique a été signé au siège de l'Onu à New York par le vice-président de la Fifa Issa Hayatou (G.), le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan (C.) et le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy (D.).(Photo : AFP)
Unitaid va bénéficier du partenariat de la Fédération internationale du football (Fifa). Un ballon «Unitaid» symbolique a été signé au siège de l'Onu à New York par le vice-président de la Fifa Issa Hayatou (G.), le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan (C.) et le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy (D.).
(Photo : AFP)
La conférence des Nations unies sur le sida qui s’est tenue du 31 mai au 2 juin à New-York, a débouché sur le lancement d’Unitaid. Ce mécanisme financier servira à acheter, notamment grâce à une taxe sur les billets d’avion, des médicaments pour les malades des pays en voie de développement. Quatorze pays se sont engagés à appliquer cette taxe. Unitaid qui s’appuiera sur les structures de l’Organisation mondiale de la santé, se concentrera dans un premier temps sur les traitements destinés aux enfants.

Il y a cinq ans, les Etats-membres des Nations unies avaient adopté une déclaration historique pour lutter contre le sida. Depuis des progrès importants ont été réalisés, même si le VIH continue de tuer 8 000 personnes chaque jour dans le monde et surtout en Afrique. Au terme de trois jours de débats à New York, les 151 Etats-membres ont renouvelé leurs engagements, la conférence s’est terminée par l’adoption d’une déclaration finale qui indique, de manière claire, que tout le monde doit avoir accès aux traitements liés au sida d’ici quatre ans. Ce texte donne notamment naissance au programme Unitaid.  

Défendu depuis longtemps par le président français Jacques Chirac et son homologue brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, Unitaid (ou FIAM, Facilité internationale pour l’achat de médicaments) est un nouveau mécanisme de financement de soins pour les malades des pays en voie de développement. Il servira à acheter, notamment grâce à une taxe sur les billets d’avion, des médicaments à faible coût destinés à lutter contre le sida, mais aussi le paludisme et la tuberculose.

Un milliard de dollars environ par an 

Né d’une initiative franco-brésilienne à laquelle se sont associés la Norvège et le Chili, Unitaid sera financé par quarante-trois pays. Quatorze d’entre eux le feront par le bais d’une taxe de solidarité sur les billets d’avion. En France, cette fameuse faxe sera mise en application dès le 1er juillet. Dès cette date, de 1 à 40 euros seront prélevés, selon la distance parcourue et la catégorie des places achetées, sur les billets d’avions au départ et à l’arrivée de la France. «Paris compte ainsi récolter 300 millions de dollars par an, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy au siège de l’Onu. Le président français Jacques Chirac, dans un message lu par le chef de la diplomatie française, a estimé qu’ «Unitaid contribuera à imposer un modèle économique nouveau» en permettant d’acheter en masse des médicaments comme les antirétroviraux contre le sida. La plupart des 40 millions de personnes infectées aujourd’hui par le VIH n’y ont pas accès.

Une première enveloppe doit servir à financer l’achat de médicaments pour les trois grandes maladies infectieuses qui font chaque années plus de six millions de victimes à travers le monde : sida, paludisme et tuberculose. Au total, un milliard de dollars environ par an sont attendus pour l’ensemble des pays qui se sont engagés pour cette taxe de solidarité sur les billets d’avion. Mais de nombreux pays riches restent réservés quant à cette proposition. Parmi eux : les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et la plupart des pays européens.

Unitaid qui s’appuiera sur les structures de l’Organisation mondiale de la santé, se concentrera dans un premier temps sur les traitements destinés aux enfants. A l’heure actuelle, peu de médicaments sont soit disponibles, soit accessibles pour les enfants malades du sida. Selon les sept organisations formant le mouvement mondial pour l’enfance, cette absence de soins signifie qu’ils sont condamnés à mort, la plupart avant d’avoir cinq ans.

Cette initiative va également  bénéficier du partenariat de la Fédération internationale du football (Fifa). Les capitaines échangeront symboliquement un ballon au logo Unitaid au début de chaque match de la coupe du monde. Avec une audience cumulée attendue de 35 milliards de personnes pour l’ensemble des matches de la Coupe du Monde qui commence le 9 juin en Allemagne, Unitaid, à peine créé, disposera d’une promotion exceptionnelle auprès du grand public.

.



par Myriam  Berber

Article publié le 03/06/2006Dernière mise à jour le 03/06/2006 à 13:03 TU