publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Mali / France

Dix Maliens en règle empêchés de rentrer à Paris

Article publié le 25/06/2009 Dernière mise à jour le 25/06/2009 à 17:18 TU

Dix ressortissants maliens munis d'un récépissé les autorisant à séjourner en France ont été empêchés de prendre un vol d'Air France à Bamako en direction de Paris, dans la nuit du 24 au 25 juin. Ces Maliens souhaitaient rentrer en France où ils sont établis. Les responsables de deux compagnies aériennes françaises, Air France et Aigle Azur, ont été entendus par les forces de sécurité.

Les responsables des compagnies aériennes françaises, Air France et Aigle Azur, ont été entendus par les forces de sécurité maliennes.(Photo: Air France)

Les responsables des compagnies aériennes françaises, Air France et Aigle Azur, ont été entendus par les forces de sécurité maliennes.
(Photo: Air France)

Plusieurs ressortissants maliens qui repartaient en France, où ils résident, ont été bloqués à l’aéroport de Bamako. Outre leurs passeports, ils ont présenté un récépissé de séjour en France, un document certes provisoire, mais qui les autorise à séjourner dans l'Hexagone.

Ils étaient donc en règle mais en remplissant les formalités de départ, des responsables de deux compagnies, Air France et Aigle Azur, les ont empêchés de monter à bord, créant un petit remue-ménage dans le terminal.

Un responsable de l’association française des expulsés, présent sur les lieux, proteste énergiquement. Informées, les forces de sécurité sur place interpellent les deux responsables français des deux compagnies aériennes pour les entendre.

« Il faut que l'on respecte nos ressortissants »

On découvre alors que les récipissés de séjour en question étaient bel et bien valables mais les passagers débarqués ne remonteront pas dans l'avion.   

Ce jeudi 25 juin, une réunion entre les responsables des deux compagnies aériennes et les autorités maliennes était prévue, il s’agissait de tirer l’affaire au clair. Mais à Bamako, on tape déjà du poing sur la table : « Il faut que l'on respecte nos ressortissants », martèle un officiel malien.