publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Sénégal

L'adieu à Léopold Sédar Senghor

Les obsèques de l’ancien président sénégalais, décédé le 20 décembre dernier à l’âge de 95 ans, ont eu lieu ce samedi, à Dakar. Après l’office religieux en la cathédrale catholique du Souvenir africain, Abdoulaye Wade lui a rendu hommage devant le palais présidentiel, en présence de cinq chefs d’Etat africains. L’inhumation a eu lieu, comme le souhaitait la famille, dans l’intimité.
C’est sous un soleil radieux que les obsèques de Léopold Sédar Senghor se sont déroulées, le 29 décembre, à Dakar. L’office religieux - qui a duré près de deux heures - a été célébré en la cathédrale catholique du Souvenir africain, dans la capitale sénégalaise, visiblement trop petite pour accueillir tous ceux qui voulaient y entrer. Dans son oraison funèbre, Monseigneur Théodore Adrien Sarr, archevêque de Dakar, a salué la mémoire du «grand homme» et du «grand poète», du président (de 1960 à 1980) catholique d’un pays très majoritairement musulman auquel «le Sénégal doit en grande partie sa laïcité positive».

Une fois la messe terminée, un détachement de l’escadron monté de la Garde rouge a escorté, jusqu’au Palais de la république, le cercueil du poète de la «négritude», recouvert du drapeau national et sur lequel avait été placé son épée d'académicien français. Là, en présence des présidents de Guinée Equatoriale, du Cap Vert, du Mali, de Mauritanie et du Niger mais aussi de plusieurs ministres et présidents d’Assemblées nationales étrangères, l’actuel président sénégalais a rendu un hommage de la Nation au défunt.

Un vibrant hommage

Au nom de la nation sénégalaise, Abdoulaye Wade, dans un discours de 25 minutes, a donc évoqué la vie du poète, de l’homme politique et du penseur mais aussi a fait allusion à la négritude dont Senghor s’était fait l’apôtre. Le président sénégalais a également expliqué comment l’académicien avait «choisi de construire au Sénégal le premier modèle de démocratie moderne en Afrique». Il a fini son discours en remerciant Colette Senghor qui a entouré le défunt de son amour et de son affection tout au long de sa vie.

Après les condoléances des chefs de délégations à la famille, la sonnerie aux morts a retenti et la présentation posthume des honneurs militaires ont été rendus à Léopold Sédar Senghor. Le cortège devant conduire la dépouille de l’ancien chef d’Etat jusqu’au cimetière de Bel-Air a ensuite quitté très lentement les abords de la présidence. A la demande de ses proches, Léopold Sédar Senghor a été enterré à Dakar, dans l’intimité, aux côtés de son fils Philippe Maguilien Senghor, mort dans un accident de voiture en 1981.



par Clarisse  Vernhes

Article publié le 29/12/2001 Dernière mise à jour le 28/12/2001 à 23:00 TU