publicite publicite
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Union africaine

L’UA, mode d’emploi

Le nouveau siège de l'Union africaine. 

		Photo: Laurent Correau
Le nouveau siège de l'Union africaine.
Photo: Laurent Correau
L’Organisation de l’unité africaine (OUA) s’est muée en Union africaine (UA) en juillet 1999. Une évolution que les chefs d’État et de gouvernements africains ont justifiée par leur volonté d’accélérer le processus d’intégration économique et politique du continent. Après la session extraordinaire de Syrte (Libye) en 1999, le sommet de Lomé (Togo) a adopté l’acte constitutif de l’Union. Celui de Lusaka (Zambie) un an plus tard, a planché sur le programme de mise en place de la nouvelle organisation. L’aboutissement a été réalisé au sommet de Durban (Afrique du Sud) en 2002 où s’est tenue la première session inaugurale de la Conférence des chefs d’État et de gouvernements.

Une vingtaine d’initiatives en faveur du développement s’est dégagée des différentes réunions des décideurs africains qui ont aussi choisi de donner un cadre nouveau d’expression à l’organisation panafricaine. De nouveaux organes sont apparus reprenant autrement l’esprit de ce que l’OUA avait engendré, mais en condamnant «une culture organisationnelle très hiérarchisée et bureaucratique» qui ne ferait pas du résultat un but à atteindre. La nouveauté est donc dans l’évaluation et le constat motivé des actions menées. De nouveaux organes voient le jour avec un nouvel organigramme de l’organisation panafricaine.

La Conférence de l’Union devient l’organe suprême dans lequel se retrouvent les chefs d’État   et de gouvernements qui se réunissent en session extraordinaire. Cette instance suprême reçoit et entérine la coordination des politiques nécessaires à l’ensemble des pays membres élaborées par le Conseil exécutif, composé des ministres des Affaires étrangères. Ces deux premières instances existaient déjà sous la défunte OUA, mais sous d’autres appellations. Leurs pouvoirs sont aujourd’hui renforcés par le Comité des représentants permanents, composé de délégués des État  s membres auprès de l’UA qui travaille sur instruction du Conseil exécutif et prépare les travaux dudit Conseil.

En lieu et place de l’ancien secrétariat général, s’installe aujourd’hui la Commission de l’Union africaine composée de dix commissaires dont le président, Alpha Oumar Konaré et un vice-président. La Commission représente l’Union, la défend, initie des propositions qu’elle soumet aux organes exécutifs et assiste les État  s membres dans l’exécution des programmes politiques, économiques et sociales et culturelles. Elle élabore les positions communes et coordonne les actions des État  s membres dans les négociations internationales.

L’UA innove en copiant l’Union européenne

La grande innovation, à l’instar de l’Union européenne, est la création d’un Parlement panafricain. Chaque pays membre de l’UA y désigne cinq parlementaires dont au moins une femme. Le mode de désignation évoluera plus tard vers une élection au suffrage universel. Le Parlement panafricain a été installé en mars 2004 à Addis-Abeba et sa mission est d’assurer «une pleine participation des peuples africains à la gouvernance, au développement et à l’intégration économique du continent». Gertrude Monguela a été élue première présidente du Parlement lors de la séance inaugurale. Pour compléter ce dispositif une Cour africaine de justice a compétence pour recevoir tous «les différends et requêtes qui lui sont soumis conformément à l’acte constitutif de l’Union». Cette cour est composée de 11 juges élus par la conférence des Chefs d’État   et de gouvernements. Par ailleurs, l’UA a repris tel quel le protocole de création de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples adopté en juin 1998 à Ouagadougou (Burkina Faso). Les 11 membres sont élus par la Conférence des chefs d’État  et de gouvernement pour un mandat de 6 ans.


Le Conseil de paix et de sécurité africaine. 

		Photo: Laurent Correau
Le Conseil de paix et de sécurité africaine.
Photo: Laurent Correau

Pour prévenir les conflits sur le continent un organe spécifique a la charge de faire la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité. La diplomatie préventive et le rétablissement de la paix sont aussi de sa compétence. Elle fonctionne selon un mode inspiré par le Conseil de sécurité de l’ONU. Il remplace «l’Organe central du mécanisme pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits en Afrique» de l’OUA. Les quinze membres qui le composent ont officiellement été installés dans leurs fonctions le 25 mai 2004 à Addis-Abeba. Le président Olusegun Obasanjo du Nigeria en assume la présidence.

L’UA s’est également dotée d’un Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC) qui a un rôle consultatif. Il est composé des représentants des différentes couches socioprofessionnelles en particulier des femmes et des jeunes. Pour étendre ses domaines de compétence l’UA a créé des Comités techniques spécialisés, en économie rurale et agriculture ; en commerce, douane et immigration ;  industrie, sciences et technologie ; énergie, ressources naturelles et environnement ; transport, communications et tourisme ; santé, travail et affaires sociale ;  éducation, culture et ressources humaines. Pour accompagner et soutenir ces secteurs d’activités l’UA envisage très prochainement la création de trois institutions financières : Une banque centrale de l’Afrique, le Fonds monétaire africain et la Banque africaine d’investissement.

Cette troisième session ordinaire de l’UA est aussi l’occasion pour le président de la Commission Alpha Oumar Konaré, de lancer deux nouvelles initiatives. Premièrement, en marge du sommet, la radio de l’Union africaine émettra en direct d’Addis-Abeba, tous les jours de 17h à 21h  TU (Temps universel) en ondes courtes ; 7165 kHz et 9560 kHz. Deuxièmement, le swahili sera introduit comme la première langue officielle africaine et tiendra le même rang que l’anglais, le français, l’espagnol et le portugais lors des travaux des experts et pendant la Conférence des chefs d’État.

par Didier  Samson

Article publié le 04/07/2004 Dernière mise à jour le 04/07/2004 à 10:13 TU