publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Sénégal / Elections locales

Le pouvoir reconnaît la perte de Dakar et de plusieurs grandes villes

Article publié le 23/03/2009 Dernière mise à jour le 24/03/2009 à 11:03 TU

Dans une interview à RFI, le porte-parole de la présidence sénégalaise,  Maître Ahmadou Sall, a reconnu ce lundi que la coalition Sopi 2009 perdait plusieurs grandes villes du Sénégal, dont la capitale, Dakar, mais aussi d'autres agglomérations importantes, comme Saint Louis, Kaolack, Thiès. Ahmadou Sall affirme cependant que la coalition constituée autour du parti au pouvoir, la coalition Sopi 2009, conserve un grand nombre de collectivités locales. L'opposition, elle, revendique déjà une large victoire lors d'un scrutin qui, si les résultats se confirment, constituerait la première défaite du parti au pouvoir depuis l'arrivée aux affaires du président Wade, il y a neuf ans.

Si les résultats se confirmaient, il s'agirait d'une défaite historique pour le parti au pouvoir.( Photo : AFP )

Si les résultats se confirmaient, il s'agirait d'une défaite historique pour le parti au pouvoir.
( Photo : AFP )

 
 
Avec notre correspondant à Dakar, Laurent Correau
 
Cette perte de Dakar, qui doit encore -rappelons-le- être validée par les instances officielles, est un événement sans équivalent dans l’histoire récente du Sénégal. La perte des autres grandes villes, que reconnaît le porte-parole de la présidence maître Ahmadou Sall, constitue le premier véritable revers électoral du parti au pouvoir depuis 2000.
 

D’abord, il y a ce symbole de Dakar, la capitale, qui n’a jamais été contrôlée par un parti d’opposition. La perte de Dakar est d’autant plus symbolique que le fils du président, Karim Wade, est entré dans la campagne des municipales. Il a même fait son entrée en politique pour ces élections locales.  

Il y a ensuite les symboles de Fatick et Thiès, qui ont élu deux personnes mises sur la touche par le PDS, le Parti démocratique sénégalais : Idrissa Seck, ancien bras droit du chef de l'Etat,  à Thiès, et Macky Sall, ex-président de l'Assemblée nationale, à Fatick. Ces deux ténors vont pouvoir s’appuyer sur ces villes pour préparer leur revanche politique.

Et puis, il y a toutes les autres communes urbaines dans lesquelles l’opposition s’installe. Saint Louis, par exemple, dont Ahmadou Sall dit qu’elle a été apparemment perdue. Kaolack également. Là aussi, des points d’appuis qui seront précieux pour l’opposition en 2012.

Reste à savoir comment on peut interpréter la perte de ces localités. Le porte-parole de la présidence, Ahmadou Sall, insiste sur la dimension locale de cette défaite. L’opposition estime qu’il s’agit d’un rejet de la politique présidentielle.  

Maître Ahmadou Sall, porte-parole de la présidence

« Le message que les Sénégalais ont donné au président de la république est compris, et il répondra ».

23/03/2009 par Laurent Correau