publicite publicite

 

 
Rechercher

/ languages

Choisir langue
 
Annonce Goooogle
Annonce Goooogle

Architecture

Un Brésilien en France

par Danielle Birck

Article publié le 13/12/2007 Dernière mise à jour le 21/12/2007 à 16:46 TU

Oscar Niemeyer(Photo : AFP)

Oscar Niemeyer
(Photo : AFP)

Oscar Niemeyer a eu 100 ans le 15 décembre. L’architecte de Brasilia a beaucoup construit au Brésil, notamment à Rio, sa ville natale où il a aujourd’hui encore ses bureaux, mais aussi dans le monde entier. En France, où il s’est exilé à la fin des années 1960 pour fuir la dictature militaire dans son pays, Oscar Niemeyer a conçu plusieurs oeuvres notamment à Paris et en Ile de France. Du siège du Parti communiste français à la sculpture installée dans un parc parisien en 2005, elles sont toutes emblématiques de son architecture placée sous le signe de la ligne courbe, et de son indéfectible engagement politique. Portrait de l’architecte brésilien au fil de ses réalisations en France.

Oscar Niemeyer a aimé Paris. « Si je ne pouvais plus vivre à Rio, c’est là que j’habiterai », confiait-il au début des années 1990 à un journaliste français. Il est vrai que durant les cinq années, de 1967 à  1972, où il a vécu exilé à Paris, capitale d’une  France qui avait alors une certaine idée de la culture au point d’en faire pour la première fois un ministère à part entière inauguré par André Malraux, l’architecte brésilien a pu exercer librement sa profession, grâce à un décret présidentiel.

Courbes et engagement

Le siège du PCF, Place du Colonel Fabien à Paris.(Photo Irène K.)

Le siège du PCF, Place du Colonel Fabien à Paris.
(Photo Irène K.)

Communiste, Niemeyer n’en fera pas moins sienne la conception de l’existence du philosophe Jean-Paul Sartre, qu’il côtoie, ainsi que  Simone de Beauvoir, pendant son séjour parisien. Ce qui créera parfois des frictions avec les « camarades du Parti ». Le PCF dont il va réaliser le siège national, place du colonel fabien, dans le XIXe arrondissement de Paris. Imaginé très rapidement (en trois jours, parait-il), sa réalisation se révèlera nettement plus tardive et ardue : les travaux proprement dits dureront sept ans, en raison notamment de l’espace limité sur lequel le bâtiment devait être édifié, et de la difficulté à composer avec les constructions environnantes. Il faudra attendre 1980 pour que l’immeuble soit enfin achevé.

Quoiqu’il en soit, le résultat est là : un édifice assez étonnant dans le paysage parisien, immédiatement identifiable avec, en face d’un imposant bâtiment légèrement incurvé à la façade de verre, un dôme blanc translucide émergeant du sol, qui est en fait celui de la vaste salle de congrès, située, comme l’entrée du bâtiment, en profondeur, de manière à inscrire le hall d’entrée dans un large espace, sans pour autant occuper trop de terrain. Ce hall, rebaptisé « espace Niemeyer » et devenu un lieu d’expositions temporaires, est lui aussi placé sous le signe de la courbe, des murs, mais aussi du sol, dont le relief doucement « bosselé », renvoie à la nature et donne vie et espace au lieu. Certes, «  la maison du travailleur » n’est pas vraiment devenu dans la ville « un point d’attraction et de tourisme » comme le souhaitait son architecte, mais il reste un lieu emblématique de cette architecture toute en courbe de son auteur, comme de l’engagement.

Le siège du journal l'Humanité à Saint-Denis.(Photo : Nathalie Simonnot)

Le siège du journal l'Humanité à Saint-Denis.
(Photo : Nathalie Simonnot)

D’ailleurs les deux autres édifices construits dans la région parisienne ont eu aussi à voir avec le monde du travail et de l’engagement politique, la Bourse départementale du travail à Bobigny (1980) et le bâtiment du journal L’Humanité, à Saint-Denis (1989).  Là encore on retrouve un bâtiment de verre et de béton, avec une façade en courbe qui imprime élégance et mouvement à l’édifice. Lequel, dans le cas du siège de L’Humanité, réussit le pari de côtoyer la basilique multicentenaire en s’intégrant dans le centre ville rénové. Le Conseil général du département de la Seine Saint-Denis, où se trouvent les deux édifices, organise d’ailleurs ce samedi 15 décembre, à la Bourse du travail de Bobigny, une table ronde consacrée à la diversité et à la richesse de l’œuvre de Niemeyer  à l’occasion de son 100ème anniversaire.

Toujours dans la région parisienne, on doit également à Niemeyer deux ensembles de bureaux  à Fontenay-sous-bois.

Le « Volcan »

C’est au Havre que s’est ouverte en 1961 la première « Maison de la Culture ». Une quinzaine d’années plus tard, Niemeyer conçoit un nouvel ensemble pour ce lieu destiné à faire de la culture « un bien commun ». Après de multiples rebondissements et de conflits entre la mairie communiste et le ministère de la Culture, il sera achevé en 1982. L’œuvre, à laquelle on accède par un jeu de rampes se compose de deux volumes, le Grand et le Petit Volcans, le premier abritant un théâtre et un cinéma, le second plusieurs salles (de réunion, de répétition, etc.) ainsi qu’un auditorium. Les espaces intermédiaires comprenant hall d’exposition, ateliers et bureaux. Le tout autour d’une piazza encaissée.

L'Espace Niemeyer.© Cyril Jamet/ Ville du Havre

L'Espace Niemeyer.
© Cyril Jamet/ Ville du Havre

Le Grand Volcan.© Philippe Bréard/ Ville du Havre

Le Grand Volcan.
© Philippe Bréard/ Ville du Havre

L’espace Niemeyer est situé sur une vaste place au centre de l’ensemble formé par les immeubles construits après la Seconde guerre mondiale par le célèbre architecte Auguste Perret. Un ensemble,  classé en 2005 au patrimoine mondial de l’Unesco, et dans lequel s’inscrit parfaitement l’œuvre de  Niemeyer qui a « voulu, une fois encore, faire quelque chose d’inédit qui tienne compte de l’environnement, des vents de la mer, de l’harmonie des bâtiments aux alentours », déclarait-il en 1993 dans son « autobiographie » recueillie par Edouard Bailby (Niemeyer par lui-même, éditions Balland)

La main ouverte

Au pied du Grand Volcan, le visiteur est accueilli par une imposante sculpture fontaine en forme de main ouverte. Un thème également cher à Niemeyer et que l’on retrouve dans sa dernière œuvre en France : une sculpture monumentale (six mètres de hauteur et une douzaine d’amplitude) en acier peint et figurant une main ouverte offrant une fleur.  En créant cette œuvre et en l’offrant à la ville de Paris,  Oscar Niemeyer souhaitait célébrer la paix et l’amitié entre les deux pays : « J’ai fait un croquis qui surgit dans l’espace. J’ai fait une main ouverte avec une fleur, quelque chose qui transmette la solidarité, une chose vague, comme un rêve ». le président brésilien, Luiz Ignacio Lula da Silva, en avait remis officiellement la maquette au maire de Paris, Bertrand Delanoë, le 14 juillet 2005, dans le cadre de l’année du Brésil en France. 

Installée dans le Parc de Bercy, dans le XIIe arrondissement de Paris, l’œuvre a été officiellement inaugurée en janvier 2007.

Sculpture dans le Parc de Bercy à Paris.(Photo : Danielle Birck/ RFI)

Sculpture dans le Parc de Bercy à Paris.
(Photo : Danielle Birck/ RFI)

Au cours de ses années passées en France, Oscar Niemeyer avait dessinés des projets qui n’ont pas été réalisés, « malheureusement », confiait-il dans Niemeyer par lui-même, en évoquant plus particulièrement celui du couvent des Dominicains de la Sainte-Baume  en Provence. « Le sujet et le lieu m’avaient tellement séduit que deux jours plus tard, de retour à paris, j’avais une idée claire du projet ». Si le projet en question avait également suscité l’enthousiasme des Dominicains, il n’a pas pu voir le jour, faute de moyens financiers.

 

portrait

Post mortem

© Masson

Gérald Reisberg, thanatopracteur

C’est une pratique très ancienne que celle qui consiste à effectuer des soins sur le corps après la mort pour le conserver. En France, la profession a été organisée et réglementée en 1994 avec une formation et un diplôme en thanatopraxie.   

27/10/2009 à 14:11 TU

Architecture

(Photo : Danielle Birck/ RFI)

Luc Weizmann, ou la dimension spirituelle

Introduire une dimension culturelle et artistique dans des ouvrages a priori techniques comme un barrage ou une station d’épuration des eaux, c’est la conception de l’architecture que s’est forgée Luc Weizmann et qu’illustre sa dernière réalisation, le nouveau barrage sur le Couesnon, dans la baie du Mont-Saint-Michel. RFI l'a rencontré.  

12/10/2009 à 14:21 TU

Design

(Photo : Romain Sellier)

La cabane de pêcheur de Kristian Gavoille

Lieu de rendez-vous des touristes ou résidents à Saint-Tropez, le quai Jean Jaurès aligne ses terrasses. Comme celle du Girelier, établissement cinquantenaire qui vient de se refaire un look.C’est dans une cabane de pêcheur que l’architecte et designer Kristian Gavoille a puisé son inspiration pour redessiner le lieu…

04/08/2009 à 15:51 TU

Gastronomie

(Photo : Danielle Birck/ RFI)

François-Xavier Bogard, assiettes de couleur

Faire une cuisine « en symbiose avec le travail des jardins, en fonction du thème choisi chaque année par le Festival pour exprimer le paysage, l’art paysager contemporain », c’est le défi auquel est confronté depuis une dizaine d’années le chef du Grand Velum, le restaurant gastronomique du Festival international des Jardins de Chaumont-sur-Loire, dans le centre de la France

30/06/2009 à 16:08 TU

Botaniste urbain

Patrick Blanc(Photo : DR)

Patrick Blanc, inventeur des murs végétaux

En 1994, ce passionné de la végétation tropicale réalise son premier mur végétal pérenne au Domaine de Chaumont-sur-Loire, à l’occasion du Festival international des jardins. Quinze ans plus tard, il est de retour sur les lieux avec une œuvre inédite. Entre temps l’homme aux cheveux verts a fait fleurir ses murs à Paris et un peu partout dans le monde et poursuivi ses recherches sur l’adaptation des plantes tropicales en milieu urbain. RFI l’a rencontré à Chaumont-sur-Loire, au pied du mur…

30/06/2009 à 17:03 TU

Tandem

Bruno Domeau et Philippe Pérès.(Photo : Domeau et Pérès)

Domeau & Pérès, éditeurs de mobilier contemporain

En un peu plus de dix ans Bruno Domeau et Philippe Pérès ont fait de leur société un label synonyme de qualité et de confort. Le sellier et le tapissier ont uni leurs talents et mis au service de designers leurs compétences, leur savoir-faire, leur goût du « métier » et leur insatiable curiosité. Ils créent des pièces de mobilier contemporain, notamment des sièges destinés à l’habitat, mais aussi à l’aéronautique et l’automobile. Sans oublier le cinéma : c’est à Domeau & Pérès qu’on doit « l’interprétation » de trois sièges pour la reconstitution du décor de Mon Oncle, le film de Jacques Tati.

07/05/2009 à 16:30 TU

Politiquement correct

(Photo : Reuters)

Mon Oncle privé de sa pipe


Au nom de la loi "anti-tabac", un moulin à vent remplace la pipe de Jacques Tati / Mon Oncle sur les affiches du métro parisien…

22/04/2009 à 09:39 TU

Arts et métiers

(Photo : Caroline Lafargue/ RFI)

Christophe Le Tahitien, Compagnon menuisier

Directeur général de L’Atelier78, une entreprise de menuiserie d’art et d’agencement, Christophe Le Tahitien porte haut la couleur bleue de ses Compagnons menuisiers. Après 20 années de bonheur à l’établi, il a pris du galon et coordonne des chantiers de luxe à travers le monde, tout en transmettant les valeurs du compagnonnage : fraternité, équité et goût de l’effort pour le bien commun.

01/04/2009 à 14:09 TU

Gastronomie

Mathieu Viannay.(Photo : M. Davals)

Mathieu Viannay, ou comment faire évoluer la tradition

A 41 ans, le chef lyonnais (d’adoption) a repris le restaurant mythique de la Mère Brazier, créé en 1921 et qui a conservé pendant une trentaine d’années les trois étoiles acquises en 1933. Une véritable institution que Mathieu Viannay a entièrement rénovée et entend faire revivre entre tradition et modernité, en toute liberté mais avec rigueur.

Un pari réussi, puisque le guide Michelin vient de rendre à la Mère Brazier deux de ses trois étoiles...

09/03/2009 à 15:38 TU

Paris-Rome

(Photo : Pascal Gautrand)

Pascal Gautrand : pensionnaire «mode» de la Villa Médicis

Il est le premier « designer mode » à avoir été admis en résidence à la prestigieuse Villa Médicis, siège de l’Académie de France à Rome. Un séjour que Pascal Gautrand souhaite mettre à profit pour poursuivre la réflexion qu’il mène depuis une dizaine d’années sur le vêtement et le système de la mode. Une réflexion qu’il met en scène avec une exposition de chemises, présentée à Rome dans une galerie d’art contemporain du 1er au 20 février 2009.

02/02/2009 à 09:22 TU

A écouter

Le Pavillon de l'Arsenal© Georges Fessy

Les visiteurs du jour

100 ans d’architecture : Oscar Niemeyer

12/12/2007