Légende de la CAN

De 1957 à 2000

Programme
4par jour
4
par groupe

Tous les matchs
4Résultats/classements
4
Qualifications

Les équipes
4
Afrique du Sud
4
Algérie
4
Burkina Faso
4
Cameroun
4
Congo démocratique
4
Côte d'Ivoire
4
Egypte
4
Ghana
4
Liberia
4
Mali
4
Maroc
4
Nigeria
4
Sénégal
4
Togo
4
Tunisie
4
Zambie

Les villes hôtes
4
Bamako
4
Sikasso
4
Ségou
4
Mopti
4
Kayes

Le saviez-vous?

RFI à la CAN 2002

Nos articles archivés

Les liens
4mali2002.org
4
cafonline.com
4
autres liens

Nous écrire


accueil rfi



Burkina Faso: le scénario catastrophe
(30 janvier 2002)

Cruelle désillusion pour les Etalons DR

De l'un de nos envoyés spéciaux à Bamako

Cruelle désillusion pour les Etalons : après avoir ouvert le score à la 81ème grâce à un magistral coup franc d'Amadou Toure, les Burkinabe ont commis une erreur tactique monumentale en continuant à jouer et à porter le ballon dans le camp ghanéen, à coup de longues passes. A ce jeu, les Ghanéens ont pu s'interposer et, par deux fois, face à une défense dégarnie, ils allaient planter une banderille à la 89ème minute, puis mettre l'Etalon à mort deux minutes plus tard, alors que l'on disputait le temps additionnel. Auteur de ce double exploit, Isaac Boakye entré en fin de partie à la place d'Ishmael Addo.

Un véritable scénario catastrophe qui n'est naturellement pas sans rappeler le match de classement de l'édition 98 à Ouagadougou lorsqu'après avoir mené quatre à un à quelques minutes de la fin, le Burkina Faso avaient encaissé trois buts en cinq minutes, avant de concéder la troisième place aux tirs au but. Situation invraisemblable qui s'est donc renouvelée, de manière beaucoup plus grave à Mopti, puisque, à dix minutes de la fin, le but d'Amadou Toure envoyait son équipe en quarts de finale. Tout le reste importe peu.

On avait envie de leur crier de garder le ballon

Que les Burkinabé aient dominé le plus souvent les camarades d'Emmanuel Osei-Kuffour, tant en première qu'en deuxième période; qu'ils se soient créé les meilleures occasions, manquant à quatre reprises au moins de peu la cage de Sammy Adjei. A ce niveau de compétition, une erreur tactique se paie souvent au prix lourd.

On avait envie, dans les dix dernières minutes, de leur crier de garder le ballon, de temporiser, alors qu'ils continuaient à essayer de porter le danger dans le camp ghanéen, laissant d'incroyables espaces au milieu et en défense qui ont permis l'impensable renversement de situation. Oui, pendant les dix dernières minutes, les Etalons ont, en quelque sorte, joué contre leur camp.

GD