Légende de la CAN

De 1957 à 2000

Programme
4par jour
4
par groupe

Tous les matchs
4Résultats/classements
4
Qualifications

Les équipes
4
Afrique du Sud
4
Algérie
4
Burkina Faso
4
Cameroun
4
Congo démocratique
4
Côte d'Ivoire
4
Egypte
4
Ghana
4
Liberia
4
Mali
4
Maroc
4
Nigeria
4
Sénégal
4
Togo
4
Tunisie
4
Zambie

Les villes hôtes
4
Bamako
4
Sikasso
4
Ségou
4
Mopti
4
Kayes

Le saviez-vous?

RFI à la CAN 2002

Nos articles archivés

Les liens
4mali2002.org
4
cafonline.com
4
autres liens

Nous écrire


accueil rfi



Groupe B: après l'Algérie, le Maroc
(30 janvier 2002)

Le Ghana arrache sa qualification DR

De l'un de nos envoyés spéciaux à Bamako

En attendant de connaître le sort de l'Egypte et de la Tunisie, le Maroc après l'Algérie, les deux autres représentants du Nord sont sortis par la petite porte. Les Marocains, qui abordaient la dernière journée en position de leader, ont trébuché lourdement face à une Afrique du Sud encore décevante, qui a su profiter de trois erreurs de défense pour enfin marquer des buts. Le Maroc a même cédé la deuxième place à une équipe du Ghana qui revient de très loin, arrachant sa qualification dans les ultimes secondes face à un Burkina Faso auteur d'une fin de match catastrophique, alors qu'à dix minutes du terme de sa rencontre, il tenait le bon bout.

Il est difficile, sur ce que les uns et les autres ont démontré depuis le début de la compétition que le vainqueur final soit issu du groupe B. Afrique du Sud sans imagination et apathique, Ghana seulement inspiré par moments (son meilleur match aura été le deuxième contre l'Afrique du Sud où il aurait mérité la victoire).

Personne ne maîtrise la situation

L'Afrique du sud a enfin marqué des buts DR

Le Maroc poursuit sa lente chute, attestée récemment par son élimination de la Coupe du Monde. Sa figure de proue, le Raja de Casablanca, est également sur le déclin après sa double couronne en Ligue des champions. On ne voit pas arriver de nouvelle génération. Quant au Burkina Faso, il a montré, comme en 98, beaucoup de bonne volonté. Il a développé de jolis mouvements au cours de ses trois sorties et, avec un peu plus d'opiniâtreté et d'expérience, il aurait pu franchir le premier pas. Mais l'erreur tactique de sa fin de match contre le Ghana est impardonnable à un tel niveau.

Comme les autres groupes, celui-ci se sera révélé très équilibré. Personne, pas même l'Afrique du Sud, ne maîtrise la situation. Tout le monde peut battre tout le monde. Certains observateurs ont dit, un peu sévèrement sans doute, que le groupe B avait été le plus ennuyeux de tous. Chacun est libre de son jugement.

GD